Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les plastiques biodégradables doivent être mieux indiqués pour leur recyclage, selon l'OFEV.

Keystone/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les bioplastiques ne sont pas tous biodégradables. L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) appelle les acteurs de la branche à indiquer plus clairement les matériaux utilisés et leur potentiel de valorisation.

"D'origine bio", "issu de ressources renouvelables", biodégradable" ou "compostable": le consommateur s'y perd vite au milieu de toutes ces caractéristiques. Or tous ne peuvent pas être compostés ou méthanisés. Certains produits n'arrivent en effet pas à être complètement dégradés.

En outre subsiste toujours le risque de confondre les plastiques biodégradables avec les traditionnels fabriqués à base de pétrole qui eux n'ont pas leur place dans les installations de recyclage vert. Aujourd'hui, seuls les produits labellisés "biodégradable", "compostable" et "méthanisable" sont éliminés avec les déchets verts.

Les acteurs de la branche se sont mis d'accord pour distinguer les sacs à déchets verts par un quadrillage. L'OFEV soutien les efforts de la branche en vue de créer un logo spécifique pour les produits qui ne se prêtent pas à l'impression d'un quadrillage.

Chaque année, plus de 3000 tonnes de produits en bioplastiques sont distribués sur le marché suisse, rappelle l'OFEV dans un dossier publié vendredi. Les plus courants sont les récipients alimentaires, les gobelets et les sacs à déchets verts. Quelque 640 tonnes par an sont éliminées dans la filière des déchets verts. Cette part équivaut à 0,01% seulement du volume total des biodéchets.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS