Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les bourses européennes ont lourdement chuté lundi. La hausse des taux d'intérêt en zone euro, le nouvel avertissement de Moody's sur la France et les craintes d'un blocage politique sur la dette américaine ont plombé les marchés.

A Zurich, l'indice SMI (Swiss Market Index) a clôturé en baisse de 2,45% à 5477,26 points. Paris a plongé de 3,41% et est passée sous le seuil des 2900 points, à 2894,94 points, Francfort a chuté de 3,35%, Londres de 2,62% et Milan de 4,74%. La Bourse de New York a quant à elle fini en baisse de 2,10%.

Madrid a terminé elle aussi dans le rouge, en baisse de 3,48%. La droite espagnole a remporté une écrasante victoire aux élections législatives dimanche. Signe d'une défiance persistante des marchés en dépit de cette victoire attendue du Parti populaire (PP), les taux des emprunts d'Etat espagnols sur dix ans ont grimpé.

La BCE a en outre annoncé lundi avoir racheté près de 8 milliards d'euros d'obligations publiques sur le marché secondaire sur une semaine, contre près de 4,5 milliards au cours des sept jours précédents.

Les appels à une implication massive de la BCE dans la crise qui secoue la zone euro se font de plus en plus pressants. Mais l'Allemagne a réitéré lundi son refus catégorique, au nom de l'indépendance de l'institution et de son mandat de préservation de la stabilité des prix.

Menace de Moody's

Les marchés étaient également pénalisés par un avertissement de l'agence de notation Moody's qui a estimé qu'une hausse des taux des obligations françaises et des perspectives de croissance économique détériorées risquaient d'avoir des conséquences négatives sur la note AAA du pays.

La France a cependant réussi à emprunter comme prévu sur le marché 7,005 milliards d'euros à 12, 25 et 47 semaines, à des taux en baisse sur les deux premières lignes et en hausse sur la dernière.

ATS