Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Après les producteurs de lait suisses, c'est au tour des céréaliers d'être en colère. En cause, la baisse de 14 francs environ du montant des taxes douanières des farines. Une décision qui met en péril la production locale et le revenu des paysans, selon la FSPC.
Doris Leuthard, cheffe du Département fédéral de l'économie, veut s'attaquer à la marge des minoteries, mais pour cela elle laisse les producteurs se défendre seuls face aux acheteurs, a dénoncé mardi la Fédération suisse des producteurs de céréales (FSPC). Annoncée le 29 juin, la baisse du droit de douane est entrée en vigueur le 1er juillet.
Conséquence: les négociations sur le prix indicatif des céréales menées dans le cadre de l'interprofession n'ont pas abouti faute de proposition de prix décents. Les producteurs sont désormais sous pression. Or leur revenu sur les céréales panifiables a diminué de moitié en 20 ans, alors que les coûts de production n'ont pas cessé d'augmenter.
Brassard noirPour manifester leur colère, les agriculteurs placeront un brassard noir sur leur tracteur lorsqu'ils iront livrer leur blé. L'opération a été lancée mardi à Genève, premier canton suisse à moissonner; elle se déplacera ensuite vers l'est.
Dans l'immédiat, la FSPC demande que le droit de douane sur le blé soit temporairement relevé afin de supprimer la pression due à la baisse du cours de l'euro. Et de rappeler que Berne avait réagi très rapidement en 2007, sous la pression d'un grand distributeur, face à la flambée des prix sur le marché mondial.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS