Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

San Francisco - La perspective de voir la Californie légaliser la consommation de marijuana s'amenuise à l'approche du référendum du 2 novembre, selon un sondage diffusé mardi. Les électeurs de Californie voteront à 53 % contre cette mesure et 43 % pour, dit une étude Reuters/Ispos.
D'inclination plutôt libérale sur les sujets de société et en grande difficulté financière, la Californie a elle été le premier Etat américain à légaliser l'usage médical de la marijuana.
En juin, les électeurs étaient divisés à parité sur la légalisation de sa vente et son usage à des fins récréatives. Le 2 novembre, à l'occasion des élections de mi-mandat, les Californiens seront appelés à se prononcer sur cette question qui a été relancée dans l'idée de taxer la marijuana.
Cette consultation met en lumière un fort clivage partisan et si les sympathisants démocrates, majoritaires en Californie, se disent favorables à la légalisation, à 54 % contre 45 %, les républicains sont 66 % à s'y opposer contre 30 %, hostilité qui donne beaucoup de poids au "non".
La Proposition 19, nom du texte soumis au vote, prévoit une légalisation de la consommation pour les plus de 21 ans et une régulation des ventes et de la culture de la marijuana confiées aux autorités locales, mais sa consommation est déjà tolérée.
Les cartels de la drogue continueraient à exister même si la marijuana était légalisée, a affirmé mardi à Mexico l'ex-directeur de l'agence anti-drogue américaine (DEA), Robert C. Bonner, lors d'un forum sur la lutte contre les cartels.
Au Mexique, sept grands cartels se disputent le contrôle du trafic et de l'approvisionnement du marché américain de la drogue, premier client mondial de la cocaïne.
Dans tout le pays, leurs règlements de compte et leurs affrontements avec les forces de l'ordre ont fait 28 000 tués ces quatre dernières années, depuis le début de l'administration du président Felipe Calderon, qui a déployé 50 000 militaires en renfort de la police pour lutter contre eux.
Le gouvernement mexicain doit poursuivre cette lutte, comme la Colombie l'a fait avant lui, a conseillé M. Bonner.
"Si la volonté politique se maintient, les cartels peuvent être vaincus", a-t-il poursuivi, soulignant que la consommation de cocaïne aux Etats-Unis a notablement diminué ces trois dernières années.
Cette lutte concerne également les Etats-Unis sur leur sol: "les cartels mexicains (...) sont installés au premier niveau de la distribution dans 200 villes des Etats-Unis", a-t-il conclu.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS