Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les candidats à l'élection présidentielle en France observaient une pause samedi, à la veille du premier tour qui promet d'aboutir à un duel final le 6 mai entre le président sortant Nicolas Sarkozy et le socialiste François Hollande. Les bureaux de vote avaient déjà ouvert outre-mer.

Près de 900'000 Français d'outre-mer ou vivant sur le continent américain ont commencé à voter à midi. A Montréal, où sont inscrits 44'000 électeurs, des files d'attente s'étaient formées dès l'ouverture des locaux.

Au total, environ 44,5 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour choisir les deux finalistes. Depuis vendredi soir minuit, les dix candidats sont privés de parole politique jusqu'à dimanche 20h00, heure de fermeture des derniers bureaux de vote.

La plupart des candidats ont choisi de passer le samedi dans leur fief électoral, comme François Hollande qui a parcouru sous une pluie battante le marché de Tulle, en Corrèze (centre), sous les encouragements des commerçants. "Samedi pluvieux, dimanche heureux", lui a pronostiqué le fleuriste.

"Rien n'est joué"

Le socialiste qui votera à Tulle est donné nettement vainqueur au second tour par la totalité des enquêtes d'opinion, avec 55% des voix en moyenne. Il aborde en position de force l'élection pour devenir le premier président de gauche depuis François Mitterrand (1981-1995).

Il veut toutefois rester prudent. "Rien n'est joué", a-t-il martelé au cours de sa dernière semaine de campagne, en appelant à une mobilisation sur son nom dès le premier tour, où la plupart des sondages le placent légèrement devant Nicolas Sarkozy (28% contre 26%).

En dépit de plusieurs mea culpa, Nicolas Sarkozy a eu du mal à se dégager de son bilan impopulaire et de son image de "président des riches" n'ayant pas su habiter sa fonction. Il a axé sa campagne sur la sécurité et l'immigration, tout en se présentant comme celui qui a permis à la France d'éviter le destin économique de la Grèce.

Le candidat de la droite, qui votera dimanche dans un lycée du XVIe arrondissement de Paris, a déjeuné samedi avec son équipe. Il veut croire qu'une autre campagne s'ouvrira lundi, surtout s'il parvient à sortir en tête dimanche soir.

ATS