Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La population suisse sera toujours plus âgée. Ici un mariage dans une maison de retraite au Tessin (photo symbolique).

KEYSTONE/KARL MATHIS

(sda-ats)

Tous les cantons sauf Uri seront plus peuplés en 2045. La tendance au vieillissement se poursuivra, surtout dans les campagnes où le renouvellement de la population est moindre. Fribourg, Vaud et à un degré moindre le Valais se distinguent en Suisse romande.

Le nombre de personnes à la retraite augmentera de moitié dans presque tous les cantons, alors que ceux de Fribourg, Schwyz, Thurgovie, Obwald et Argovie verront même leur population de 65 ans ou plus doubler au cours des 30 prochaines années. La nouvelle série de scénarios démographiques calculés et rendus publics jeudi par l'Office fédéral de la statistique (OFS), confirme les tendances.

Malgré cette augmentation supérieure à la moyenne, Fribourg sera parmi les cantons où la part des retraités sera la moins élevée, inférieure même à 25%. L'OFS l'explique par un renouvellement de la population supérieure à la moyenne grâce à l'arrivée de jeunes adultes de l'étranger ou d'autres cantons, permettant ainsi également aux naissances de rester assez élevées.

Seuls Vaud, Genève et Zurich compteront ainsi avec Fribourg moins d'un retraité pour quatre habitants. Ces chiffres influencent aussi les rapports entre retraités et actifs, déterminants notamment pour le fonctionnement de l'AVS.

Rapport de dépendance

Ainsi ce rapport de dépendance des personnes âgées n'atteindra pas 45 personnes de plus de 65 ans ou plus pour 100 personnes de 20 à 64 ans dans les cantons de Bâle-Ville, de Vaud, de Fribourg, de Zurich et de Genève. Il sera en revanche plus élevé que 60% dans les cantons d'Uri, d'Obwald, du Tessin, de Nidwald et des Grisons.

L'accroissement sans précédent de cette population dans ces cantons est dû premièrement au grand nombre de résidents permanents atteignant l'âge de la retraite au cours des prochaines décennies et deuxièmement à l'arrivée depuis d'autres cantons ou depuis l'étranger de personnes s'installant définitivement avec leur famille et vieillissant ensuite dans ces cantons.

Ville-campagne

L'OFS relève que les cantons périphériques connaîtront un vieillissement accentué en raison de nombreux départs de jeunes adultes et d'arrivées régulières de personnes plus âgées. Bâle-Ville connaît une situation particulière: l'augmentation des retraités n'y sera que de 30%, le demi-canton urbain connaissant déjà une forte proportion de personnes âgées.

Entre 2015 et 2045, les cantons de Fribourg, de Vaud, de Thurgovie, d'Argovie, du Valais et de Zurich connaîtront les accroissements démographiques les plus forts. Leur population augmentera de plus de 25%. L'OFS note que, selon le scénario de référence, quatorze cantons observeront plus de décès que de naissances au cours de cette période.

Zurich toujours plus grand

La population du canton de Zurich augmentera de 1,5 à 1,8 million entre 2015 et 2045. Sa part dans la population totale de la Suisse croîtra ainsi de 17,6% à 18,1%.

Seuls les cantons de Vaud et de Fribourg verront augmenter leur pourcentage plus fortement. La part de la population du canton de Vaud s'accroîtra de 9,3% à 9,9%, celle du canton de Fribourg de 3,7% à 4,3%.

A l'opposé, Berne, avec un pourcentage diminuant de 12,2% à 11,6% sera le canton connaissant la réduction la plus importante de sa part dans la population de la Suisse. Le grand vieux canton poursuit ainsi sa chute, malgré une croissance démographique faisant passer sa population de 1 million en 2015 à près de 1,2 million en 2045.

Après Berne, ce sont les cantons de Bâle-Campagne et des Grisons qui enregistreront les plus grands reculs de leur part à la population suisse. Cette dernière continuera, sans surprise, de se concentrer autour de la Métropole zurichoise et de l'Arc lémanique, écrit l'OFS.

ATS