Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de personnes s'étaient rassemblées au pied de l'Arc de Triomphe pour suivre le discours de Carles Puigdemont.

KEYSTONE/AP/FRANCISCO SECO

(sda-ats)

Quand elle a entendu Carles Puigdemont évoquer l'"indépendance de la Catalogne", Merce a versé des larmes d'émotion. Sergio, lui, n'avait que dédain pour le discours du président de la région: mardi, les Barcelonais étaient loin de communier dans la même ferveur.

Face à un écran géant installé au pied de l'Arc de Triomphe, ils sont des milliers à brandir le drapeau catalan, tout en suivant le discours de M. Puigdemont. Quand le président de la région parle d'"indépendance" de sa région, Merce Hernandez, 36 ans, sent les larmes monter.

"Quelle émotion, c'est un jour historique. Je suis satisfaite", dit-elle à l'AFP. Le discours de M. Puigdemont, "m'a semblé parfait, c'est ce que j'attendais", lâche Albert Llorens, un retraité de 69 ans.

Discours ambigu

Et pourtant les partisans de l'indépendance sont loin d'être complètement à la fête, car M. Puigdemont assortit son discours d'une "suspension des effets d'une déclaration d'indépendance afin de pouvoir entreprendre dans les prochains jours un dialogue".

"Au fond, nous sommes contents, mais nous attendions plus", dit Pere Valldeneu, 66 ans, venu écouter le président catalan avec son épouse Antonia, 64 ans. "Il ne va rien se passer parce que Madrid ne le permettra pas", déplore-t-il.

Et Sheila Ulldemolins, 28 ans, résume le sentiment général de cette soirée. "Ca a été un discours très ambigu", dit-elle.

Pression extrême

Après à peine une heure de discours, M. Puigdemont range ses feuilles au Parlement et la place de l'Arc de Triomphe commence à se vider.

Depuis le référendum interdit d'autodétermination du 1er octobre, où le oui l'a emporté à plus de 90% selon les autorités indépendantistes, M. Puigdemont est sous une pression extrême: d'un côté celle des tenants d'une rupture immédiate avec Madrid, de l'autre celle du gouvernement espagnol qui juge illégal l'ensemble du processus, et des Catalans qui veulent rester Espagnols.

La crise effraye aussi les milieux économiques. Plusieurs entreprises ont déjà transféré leur siège social hors de Catalogne. Aucun dialogue ne s'est fait jour et l'Espagne s'est retrouvée plongée dans sa pire crise depuis le retour à la démocratie en 1977.

Le fossé se creuse

Et les Catalans eux-mêmes sont divisés sur la question. Une majorité d'entre eux se déclarait même contre l'indépendance dans un sondage réalisé en juillet.

A l'image de Sergio Palacios, serveur dans le Nou Barris, quartier de Barcelone qui penche du côté du maintien du statu quo. "Lorsque j'ai entendu Puigdemont parler de 'République', je me suis pris la tête entre les mains", dit-il.

"Jusqu'à maintenant, il n'y avait aucun problème, mais maintenant le fossé est plus large", entre les partisans et les opposants de l'indépendance, ajoute Sergio.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS