Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les désastres d'origine humaine et les catastrophes naturelles ont causé des pertes économiques de 37 milliards de dollars au premier semestre 2015. Un montant en baisse de 37% sur un an, assumé à hauteur de 45% par les assureurs et réassureurs.

Le secteur a ainsi déboursé 16,5 milliards de dollars (16,2 milliards de francs), selon une étude Sigma publiée mardi par Swiss Re. A elles seules, les catastrophes naturelles ont causé pour 33 milliards de dollars de dommages à l'économie. Soit un niveau bien en deçà des 54 milliards du premier semestre 2014, souligne le réassureur zurichois.

La moyenne semestrielle des dix précédentes années s'inscrit à 99 milliards de dollars.

L'hiver rigoureux et les tempêtes aux Etats-Unis et en Europe ont coûté le plus cher. Outre-Atlantique, les dommages se chiffrent à 7,4 milliards de dollars, dont 5,3 milliards ont été couverts par les assurances. Sur le Vieux Continent, la tempête Niklas a entraîné des dégâts estimés à 1,4 milliard, dont 1 milliard assuré.

Les tremblements de terre qui ont secoué le Népal en avril et en mai ont causé 5 milliards de dollars de pertes économiques. Mais seulement 160 millions étaient assurés. L'Etat de l'Himalaya assume en outre la moitié des 18'000 pertes humaines totales enregistrées au premier semestre.

ATS