Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le déraillement d'un ICE fin novembre à Bâle constitue l'un des trois cas considérés par les CFF (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Les CFF prennent des mesures de sécurité pour les appareils de voie en gare après les trois déraillements intervenus l'an passé sur des aiguillages. Ces derniers seront désormais surveillés avec des véhicules de mesure pour permettre d'en contrôler l'état et l'usure.

Les enquêtes sur ces trois déraillements de trains de voyageurs ne sont pas encore terminées. Mais les CFF ont pris les devants, sur la base d'hypothèses, en présentant jeudi à Bâle des premières mesures en lien avec les accidents du 22 mars à Lucerne (un Eurocity de Trenitalia) et du 29 novembre à Bâle (un ICE de la Deutsche Bahn), en raison des similitudes entre les deux cas.

Jusqu'à la fin mars, les CFF procéderont au remplacement des quatre appareils concernés de calage des lames d'aiguilles (deux à Lucerne et deux à Bâle). Ils prévoient aussi de remplacer les autres aiguilles de ce type en Suisse, soit 45 pièces, d'ici à la mi-2019, de même que quatre autres aiguilles "critiques" d'ici à fin 2019.

Concernant le déraillement intervenu en gare de Berne le 29 mars dernier, un RER du BLS, l'origine est d'ores et déjà connue. Il s'agit d'une rupture de fatigue des lames d'aiguilles.

Les CFF gèrent 12'850 aiguillages à travers la Suisse. Ceux-ci sont jugés fiables, mais sont très sollicités avec au total plus de 800'000 franchissements quotidiens, et même jusqu'à 380 pour certains. Les dérangements restent très rares, souligne l'ex-régie, avec seulement 60 cas sur l'ensemble de l'an dernier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS