Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La collection comprend un certain nombre d'icônes de l'histoire de l'art comme "Le semeur, soleil couchant" de Vincent van Gogh.

KEYSTONE/AP Keystone/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Renoir, Degas, Monet, Cézanne et van Gogh: les chefs-d'oeuvre de la collection Bührle illuminent la Fondation de l'Hermitage à Lausanne. L'exposition est à découvrir jusqu'au 29 octobre. Une salle revient sur la problématique des oeuvres d'art spoliées par les nazis.

Cinquante-quatre tableaux, et presque autant de chefs-d'oeuvre des années impressionnistes et postimpressionnistes. Formée entre 1936 et 1956, la collection d'Emil Georg Bührle, industriel et marchand d'armes zurichois, est l'une des plus prestigieuses au monde.

L'ensemble trouve un écrin à sa mesure à l'Hermitage, maison de maître du 19e siècle. "La collection est faite pour ce type d'intérieur. Le cadre se prête bien à ce genre de tableaux" observe mercredi Emmanuelle Boss, chargée de communication de l'institution.

La collection Bührle recèle un certain nombre d'icônes de l'histoire de l'art: "le champ de coquelicots près de Vétheuil", peint par Claude Monet vers 1879, "Le petit garçon au gilet rouge" (1880-1890) de Paul Cézanne ou encore "Le semeur, soleil couchant" (1888) de Vincent van Gogh, pour n'en citer que quelques-unes.

Impressionnistes, mais pas seulement

Une salle réunit des paysages impressionnistes signés Camille Pissarro ou Alfred Sisley, plus loin Auguste Renoir voisine avec Edgar Degas. L'exposition s'intéresse aussi aux précurseurs, comme Eugène Delacroix ou Henri Fantin-Latour, mais aussi aux pères de l'avant-garde que sont Cézanne, Gauguin et van Gogh, ainsi qu'aux oeuvres des nabis (Bonnard, Vuillard) et des fauves (Braque, Derain).

Cet extrait de la collection est centré sur l'impressionnisme, mais il n'oublie pas les précurseurs et ceux qui ont suivi, commente Mme Boss. "C'est un peu un voyage dans l'histoire de l'art". Dans les combles, deux faux tableaux, des autoportraits de Rembrandt et de van Gogh sont exposés. Ils montrent que "même un collectionneur chevronné pouvait se tromper", note la porte-parole.

Oeuvres spoliées par les nazis

Le musée éclaire la manière dont la collection s'est constituée, pendant et après les années de guerre. Une salle documente cette histoire controversée, avec des documents d'archives.

"Nous tenons à montrer les choses telles qu'elles sont. On revient sur la question des oeuvres spoliées", a précisé Emmanuelle Boss, qui rappelle que la fondation Bührle mène un travail de mémoire, et publie la provenance de toutes ses oeuvres.

De nombreux tableaux confisqués aux juifs par les nazis se sont retrouvés sur le marché de l'art suisse. Après la guerre, Emil Bührle a dû en rendre treize. Il en rachètera deux à leur légitime propriétaire.

Après Lausanne, ces oeuvres partiront pour le Japon. Puis la collection rejoindra, à l'horizon 2020, la nouvelle extension du Kunsthaus de Zurich.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS