Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Une majorité des chefs des départements cantonaux de l'économie publique soutient la révision de l'assurance chômage, soumise au peuple le 26 septembre. Malgré le transfert des coûts qu'un "oui" engendrerait, elle juge la charge "supportable" en comparaison avec les conséquences négatives d'un refus.
Le projet de révision de l'assurance chômage "satisfait les exigences des cantons", a déclaré mardi Jean-Michel Cina, président de la Conférence des chefs des départements cantonaux de l'économie publique (CdC), devant la presse à Berne, selon le texte de son discours.
Les objectifs prioritaires sont de garantir le financement à long terme de l'assurance chômage et les intérêts de la place industrielle suisse, a souligné le conseiller d'Etat valaisan. Les cantons doivent évaluer les avantages et les inconvénients du projet de révision en gardant à l'esprit ces objectifs.
Décision pas unanimeSelon une récente étude du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), en cas de "oui" le 26 septembre, le transfert des charges vers l'aide sociale atteindra jusqu'à 100 millions de francs. Dans les cantons où le taux de sans-emplois est élevé, la grogne monte.
En juin, la CdC a décidé de soutenir la révision de l'assurance chômage, mais pas à l'unanimité. Elle s'est prononcée "à une grande majorité", a précisé son secrétaire général Christoph Niederberger, interrogé mardi par l'ATS.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS