Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Airbus 340 de l'armée de l'air allemande qui a transporté les deux ministres français et allemand au Mali a eu quelques ennuis au décollage. Jean-Marc Ayrault (à gauche) et Frank-Walter Steinmeier ont dû patienter trois heures.

KEYSTONE/EPA DPA/BRITTA PEDERSEN

(sda-ats)

Les chefs des diplomaties française et allemande, Jean-Marc Ayrault et Frank-Walter Steinmeier, sont arrivés ensemble dimanche soir au Mali. Ils comptent réaffirmer le soutien de l'UE à ce pays et à son armée, confrontés à la menace djihadiste dans le Nord.

"Nous sommes venus ensemble, symboliquement, pour montrer la détermination de la France et de l'Allemagne à soutenir ce processus de pacification et de développement qui est en cours" a déclaré, à son arrivée à l'aéroport de Bamako, le ministre français.

"C'est aussi un message de l'Europe. Depuis le début la France a travaillé à convaincre le maximum de pays à aider le Mali. Aujourd'hui ce sont 15 pays européens qui sont engagés, mille personnes, militaires et civils, qui sont présents", en plus de la force française Barkhane, a-t-il ajouté.

Le vol, à bord d'un Airbus 340 de l'armée de l'air allemande, est parti de Berlin. Il est arrivé avec plus de trois heures de retard : un pneu a éclaté au décollage. Les ministres et leurs délégations ont dû patienter à bord, sur la piste, pendant la réparation.

Entrevue reportée

L'entrevue avec le président malien Ibrahim Boubacar Keita, initialement prévue au cours d'un dîner dimanche soir, a été reportée à lundi matin.

MM. Ayrault et Steinmeier ont ensuite prévu, au cours de la journée de lundi, de s'entretenir avec des officiels maliens ainsi qu'avec notamment le chef de la Minusma (mission des Nations Unies pour la stabilisation du Mali).

Ils doivent ensuite brièvement visiter les salles où sont conservés, à Bamako, les fameux manuscrits de Tombouctou. Certains de ses écrits datent de l'ère pré-islamique et témoignent de la splendeur passée de la grande ville du Nord et de son âge d'or au XVIe siècle. Ils avaient été évacués clandestinement de Tombouctou vers la capitale lors de son occupation par les forces djihadistes, à l'été 2012.

Ils s'envoleront ensuite à destination de Gao, dans le nord du Mali, pour une rencontre avec les chefs et des soldats de l'opération Barkhane, de l'armée française- Ils repartiront lundi soir, à destination de Niamey, pour des rencontres prévues mardi avec le président nigérien Mahamadou Issoufou et des membres de son gouvernement.

Les deux ministres voyagent ainsi ensemble pour la troisième fois, après l'Ukraine et la Libye. Ils doivent rentrer à Paris et à Berlin mardi soir.

ATS