Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'indicateur UBS de la consommation reflète les chiffres de l'emploi plus faibles que prévus au premier trimestre (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les chiffres de l'emploi récemment publiés pour le premier trimestre pèsent sur la consommation en Suisse. En mai, l'indicateur correspondant publié par UBS est toutefois passé de 1,24 à 1,35 point.

La hausse de 0,9 point en mai constitue certes une évolution positive par rapport au mois précédent, mais sur un niveau plus bas, indique mercredi UBS. En avril, l'indicateur de la consommation affichait 1,47 point, mais il a été depuis revu à la baisse, à 1,24.

Une révision qui s'explique par les chiffres de l'emploi plus faibles que prévus pour le premier trimestre. Ces derniers indiquaient pour la première fois un nouveau recul depuis 2010.

Pour rappel, en équivalents plein temps (EPT), l'emploi a diminué de 0,2% par rapport à la même période un an plus tôt. Pour le troisième trimestre consécutif, le repli dans le secteur secondaire était important (-1,6%).

Ainsi, la progression mitigée sur le marché du travail freine la dynamique de la consommation. A cela s'ajoutent le recul de l'immigration et le moral plutôt pessimiste des consommateurs observé par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Signal positif, la consommation privée a augmenté au premier trimestre de 2,8%. Même si celle-ci devrait rester un pilier de la croissance domestique au cours de l'année, elle n'augmentera pas aussi fortement qu'au premier trimestre, prévoit l'établissement aux trois clés.

ATS