Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - Réuni ce samedi à Zurich, le PCS s'est choisi un nouveau président en la personne du Fribourgeois Marius Achermann. Les délégués ont par ailleurs arrêté leurs mots d'ordre pour le scrutin du 28 novembre, à savoir "non" au renvoi des étrangers criminels et "oui" aux impôts équitables.
Ni l'initiative populaire sur le renvoi, ni le contre-projet direct du Conseil fédéral ne sont de nature à améliorer la sécurité en Suisse, explique la formation politique dans un communiqué. Ces deux objets ont été balayés par les délégués, qui estiment que les dispositions légales existantes sont largement suffisantes.
Autre sort pour l'initiative "Pour des impôts équitables": ce texte est un premier pas dans la bonne direction, jugent les chrétiens-sociaux. Il combat la concurrence fiscale entre les cantons et définit des standards minimaux pour les impôts sur le revenu et la fortune et doit donc être approuvé, recommande le parti.
Lors de l'assemblée zurichoise, les délégués du PCS ont également rendu hommage à Monika Bloch Süss, qui a exercé les fonctions de présidente pendant plus de dix ans. L'ex-conseiller national et actuel directeur de Caritas Hugo Fasel a relevé son "engagement exemplaire et la qualité du travail accompli en faveur du parti".
Mme Bloch Süss sera remplacée par Marius Achermann, l'actuel vice-président du Parti chrétien-social. Le Fribourgeois a attiré l'attention des délégués sur le risque de voir disparaître la solidarité qui est le "fondement de la paix sociale et de la prospérité du pays", poursuit le communiqué.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS