Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les cinq salariés d'Air France poursuivis pour violences dans l'épisode de la "chemise déchirée" du directeur des ressources humaines (DRH) de la compagnie seront jugés le 27 mai 2016. La "complexité de l'affaire" a été évoquée pour renvoyer le procès à cette date.

L'audience devrait durer toute la journée du 27 mai, a annoncé mercredi le tribunal correctionnel de Bobigny. "Il m'apparaît que ce dossier a vocation à être jugé en audience collégiale et non avec un juge unique", "pour des débats sereins", a expliqué la juge.

"Ce renvoi était attendu", a simplement commenté l'avocat d'Air France Dominique Mondoloni.

Tour du monde

Les événements à l'origine des poursuites remontent au Comité central d'entreprise (CCE) du 5 octobre. Les prévenus, également sous le coup d'un licenciement, sont poursuivis pour "violences" exercées sur deux cadres, dont le DRH Xavier Broseta, et sur des vigiles.

Les images de Xavier Broseta, fuyant torse nu, la chemise déchirée, devant des manifestants en colère, après l'annonce d'une restructuration menaçant jusqu'à 2900 emplois avaient fait le tour du monde.

L'épisode avait suscité de multiples réactions politiques. Le Premier ministre français Manuel Valls avait apporté son soutien aux dirigeants de la compagnie, qualifiant de "voyous" les fauteurs de troubles.

Cortège de manifestants

A la sortie du tribunal, les prévenus ont manifesté leur agacement à la vue des caméras présentes. "On est des stars, mais des stars au chômage", a lancé l'un d'eux.

Un cortège de manifestants les avait escortés avant d'être bloqué par un gros dispositif policier mis en place autour du palais de justice, ont constaté des journalistes de l'AFP. Treize syndicats de la compagnie avaient appelé à un rassemblement, ainsi que le syndicat national CGT et Solidaires.

"On fait tout un foin de la violence autour d'une chemise, alors qu'il y a la violence d'un plan social décidé par les actionnaires", a déclaré Aurélien Machu, syndicaliste de la CGT. "Il fallait des coupables, ils en ont pris cinq", estime Julie Morel, déléguée CGT et candidate Front de gauche.

En lien avec le rassemblement prévu à Bobigny, des appels à la grève ont été lancés par le Spaf (21%) et Alter (non représentatif), côté pilotes, et au sol par la CGT, FO et SUD aérien (non représentatif). Mais selon la compagnie, l'impact devait être "très limité".

Procédures disciplinaires

Parallèlement au volet judiciaire, des procédures disciplinaires sont en cours à Air France, notamment à l'encontre des prévenus. Sur les cinq licenciements engagés, un a été confirmé vendredi, après le rejet d'un recours gracieux.

La demande "d'amnistie" est également en train d'être étudiée pour trois autres. Concernant la cinquième personne, un délégué du personnel (CGT) d'Air France Industries, l'inspection du travail examine actuellement son dossier avant de rendre son avis à la compagnie.

Dix autres salariés se voient en outre reprocher des "dégradations", selon la CGT qui compte des adhérents parmi les prévenus. Leur procès est aussi reporté.

Deux pilotes sont également sous le coup d'une procédure disciplinaire pour avoir facilité l'entrée de manifestants dans la salle du CCE. Onze autres employés, suspectés d'avoir secoué une grille d'accès au siège d'Air France, ont été sanctionnés par une mise à pied de 15 jours.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS