Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les élèves de classes d'école primaire ayant un fort taux d'étrangers apprennent aussi bien que ceux des classes composées uniquement de petits Helvètes. Une jeune chercheuse arrive à cette conclusion dans son travail de doctorat à l'Université de Berne.

La chercheuse a examiné 42 classes de 3e année primaire, au taux d'étrangers variable, dans la partie alémanique du canton de Berne. Elle y a mené différents tests et distribué des questionnaires.

Il en résulte que les performances ne dépendent pas du taux d'étrangers. Les prestations n'étaient pas plus mauvaises même dans les classes avec un taux d'élèves étrangers dépassant 30%. Pour Tamara Carigiet, ce constat est surprenant, puisque certaines études précédentes avaient conclu à ce genre d'effets.

Ces études avaient toutefois été effectuées dans des classes de niveau supérieur, précise la chercheuse. Et dans ces classes, ce ne sont pas les élèves suisses qui ont pâti du taux élevé d'étrangers: seuls les enfants issus de la migration y apprenaient moins bien.

Égalité des chances

Le résultat de l'étude est réjouissant, estime Tamara Carigiet, qui enseigne désormais à la Haute école pédagogique de Berne: "Cela signifie que chaque enfant de l'école primaire dispose en principe des mêmes chances de succès, quel que soit le taux d'élèves étrangers dans sa classe".

Selon sa recherche, ce qui compte avant tout dans la réussite scolaire, ce sont les aptitudes cognitives et le genre: les filles s'en sortent en effet mieux que les garçons. L'origine joue un rôle aussi: les enfants nés à l'étranger et qui mentionnent autre chose que l'allemand comme première langue sont désavantagés.

L'étude relève encore que les élèves étrangers sont systématiquement sous-estimés.

ATS