Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comme les années précédentes, quatre cinquièmes des 77,8 milliards de francs de dépenses ont été financés par l'assurance de base, les ménages privés et l'Etat (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les coûts de la santé ont augmenté de 4,3% en 2015 par rapport à l'année précédente pour s'élever à 77,8 milliards de francs. Ce montant correspond à 783 francs par mois et par habitant.

La hausse de 3,2 milliards de francs est imputable avant tout aux dépenses dans les hôpitaux, EMS et chez les médecins. Ces postes représentent à eux trois 70,9% des coûts de la santé, indique jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Au regard de 2014, les coûts engendrés par les cabinets médicaux étaient "légèrement au-dessus", alors que ceux des hôpitaux et EMS se situaient au-dessous de la tendance des cinq dernières années.

24 francs par mois en plus

Les dépenses ont surtout pris l'acenseur dans les services auxiliaires (laboratoire et secours, +9,3%), ainsi que dans les soins ambulatoires prodigués dans les hôpitaux. Mais ces deux catégories ne représentent que 7,9% des dépenses de santé.

Comme les années précédentes, quatre cinquièmes des 77,8 milliards de francs de dépenses ont été financés par l'assurance de base selon la loi sur l'assurance-maladie (35,3%), les ménages privés (28%) et l'Etat (18,2%), selon des chiffres encore provisoires de l'OFS.

Sur un an, les dépenses par habitant et par mois ont augmenté de 24 francs pour se porter à 783 francs. Les dépenses ont notamment été couvertes à raison de 277 francs par l'assurance de base, de 50 francs par les assurances sociales, comme l'AVS, l'AI et l'assurance-accidents et de 143 francs par l'Etat.

Les ménages ont dû débourser le solde en plus de leurs primes d'assurance à hauteur de 219 francs, soit une augmentation de 8 francs par mois par rapport à 2014.

Nouveau modèle de calcul

L'OFS a révisé sa méthode de calcul des dépenses en 2014. La dernière réforme date de 2000, a indiqué à l'ats Michael Lindner, de la section services de santé. Or de nombreux changements se sont produits en 15 ans.

Une nouvelle réévaluation était donc nécessaire afin d'améliorer la base de données, la rendre plus transparente et compatible avec les standards internationaux.

De nouvelles catégories, comme les soins prodigués par des proches, ont été introduites, alors que d'autres ont été enlevées: la prestation "ménage et social" ne fait par exemple plus partie du domaine de la santé, mais de celui des affaires sociales.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS