Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au lendemain de l'échec des pourparlers de paix de Minsk, les combats se sont poursuivis dimanche sur tous les fronts en Ukraine. Ils ont coûté la vie à treize soldats ukrainiens et au moins dix civils au cours des dernières 24 heures, selon Kiev.

Selon le porte-parole de l'armée à Kiev, les affrontements sont particulièrement intenses autour de Debaltseve, un noeud ferroviaire contrôlé par les forces gouvernementales au nord-est de Donetsk. "Il n'est pas question d'encerclement ou de coupure de nos principales lignes de communication", a affirmé Volodimir Poliovy. "Nous contrôlons la situation".

Sept civils ont été tués dimanche dans des bombardements sur la ville, qui est privée d'eau et d'électricité depuis plusieurs jours, a déclaré le ministère ukrainien de l'Intérieur. Trois civils ont également trouvé la mort dans des bombardements dans la région de Louhansk, selon les autorités régionales.

Les forces séparatistes ont conquis une partie de la localité de Vouhlehirsk, près de Debaltseve, qui était dimanche la cible de pilonnages incessants. A Slaviansk, ville sous contrôle de Kiev, des réfugiés arrivaient en autocar de Debaltseve et d'autres villes sur la ligne de front.

Echec des négociations

Tout espoir d'enrayer rapidement la nette recrudescence des violences constatée depuis deux semaines dans l'est de l'Ukraine s'est effondré samedi avec l'échec de négociations pour parvenir à un nouveau cessez-le-feu.

Des émissaires de l'Ukraine, de la Russie et des séparatistes prorusses se sont rencontrés pendant plus de quatre heures à Minsk sous les auspices de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Mais aucun accord sur une nouvelle trêve n'a pu être conclu, Kiev et les rebelles s'accusant mutuellement d'avoir saboté la réunion.

Dans un communiqué, l'OSCE a imputé la responsabilité de l'échec de la réunion aux séparatistes. Elle a déclaré qu'ils avaient refusé de discuter des principaux points d'un plan de paix, tel que la mise en place d'un cessez-le-feu, et qu'ils avaient cherché à redéfinir le protocole de sortie de crise signé le 5 septembre dernier dans la capitale biélorusse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS