Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Des représentants de 30 communautés musulmanes ont discuté samedi à Berne de la création d'une plate-forme commune. Elle devrait représenter le plus de musulmans et améliorer la collaboration entre organisations de musulmans et autorités.
Les participants étaient invités par la Commission fédérale contre le racisme (CFR) ainsi que par le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Après la votation anti-minarets de novembre 2009, la CFR et le BIDDH avaient déjà décidé de discuter de la création d'une telle plate-forme.
"La balle est maintenant dans le camp des associations", a dit Rifa'at Lenzin, membre de la CFR, contactée dimanche par l'ATS. Le but principal n'est pas de créer une nouvelle organisation faîtière musulmane car il en existe déjà. "Le problème c'est qu'elle sont trop peu représentatives de l'ensemble des musulmans".
Une plate-forme commune simplifierait le dialogue entre les communautés musulmanes et les autorités politiques, écrit la CFR. Elle permettrait aux musulmans de participer plus facilement à des débats publics, ce qui revêt de l'importance pour toute minorité.
En même temps, une institution de ce genre répondrait au besoin des autorités. Ces dernières auraient en face d'elles des interlocuteurs dotés d'une représentativité démocratique.
La Suisse compte plus de 300 association ou organisations islamiques ou musulmanes. Elles ne sont pas tombées d'accord pour créer une association faîtière commune.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS