Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse s'est encore repliée jeudi, sur fon de craintes liées à un éventuel Brexit (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les craintes d'un Brexit, alimentées par les derniers sondages, ont continué à peser jeudi sur les marchés. La Bourse suisse n'y a pas échappé, et l'indice Swiss Market Index (SMI) de ses 20 valeurs vedettes a encore perdu 0,58% ou 44,83 points, à 7634,66 points.

Le Swiss Leader Index (SLI/30 titres dont ceux du SMI) a lâché 0,88% à 1150,40 points, et l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) 0,69% à 8273,96 points. C'est à nouveau une ambiance de solde sur les marchés boursiers, a commenté un courtier. Les bancaires et les cycliques ont particulièrement souffert.

Les perspectives politiques et conjoncturelles mondiales poussent les investisseurs vers les valeurs refuge comme les emprunts d'Etat. Sur le front des devises, le franc s'est renforcé et l'euro se situe sous les 1,08 CHF.

A une semaine du référendum britannique sur l'Union européenne, la Banque nationale suisse (BNS) a laissé inchangée sa politique monétaire et son président Thomas Jordan a assuré que l'institut était prêt à intervenir sur les marchés des devises si nécessaire. Les banques centrales américaine (mercredi soir), du Japon et de Grande-Bretagne ont elles aussi maintenu inchangée leur politique monétaire.

Sur les trente blue chips, seul Syngenta (+0,2%) n'a pas fini en rouge et Novartis est resté inchangé. Credit Suisse (-1,4%) a réussi à réduire ses pertes sur la fin, et UBS a perdu 0,4%. La BNS a demandé aux deux grandes banques d'améliorer encore leur situation de fonds propres. Chacune aurait besoin de 10 milliards de francs supplémentaires, selon la BNS.

Parmi les cycliques, LafargeHolcim (-2,4%) avait gagné 3% la veille. Dufry a perdu 1,8% et Lonza 1,9%. Sonova a cédé 3,0%, hors dividende de 2,10 francs. Galenica (-2,8%) et Swiss Life (-1,5%) ont aussi nettement fléchi. Contrairement à Novartis, les deux autres poids lourds défensifs Nestlé (-0,4%) et Roche ont cédé un peu de terrain.

ATS