Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gel a dévasté de nombreuses cultures en Suisse à la fin avril, les bougies n'ont rien pu y faire (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Le gel qui a sévi fin avril a causé des dégâts aux cultures argoviennes pour plus de 30 millions de francs. Le gouvernement veut soutenir les arboriculteurs et les viticulteurs touchés. L'existence de certaines familles paysannes est menacée.

C'est le gel du siècle, a dit jeudi le chef cantonal des finances, Markus Dieth (PDC), devant les médias à Remigen (AG). Les dégâts sont d'une ampleur encore jamais vue pour l'agriculture argovienne, a-t-il déclaré.

Les conséquences pour les exploitations agricoles concernées sont graves, selon le département des finances. Certaines ont été frappées si fortement qu'elles se retrouvent face à des problèmes de liquidités et leur existence est menacée.

L'ampleur des dégâts varie beaucoup d'une région et d'une culture à une autre. Dans tout le canton, il faut compter avec plus de 85% de perte pour les cultures fruitières. Le gel a endommagé 60% des vignes. Dans certaines régions, le millésime 2017 a même été entièrement détruit.

Les légumes et les baies ont aussi été fortement touchés par le froid, toutefois dans une moindre mesure. L'ampleur totale des dégâts sera connue ces prochaines semaines.

Le gouvernement argovien entend venir en aide aux paysans concernés grâce à une mesure financière immédiate. Le canton leur accorde un crédit de transition sans intérêts et un report de prêts en cours.

Pas de cerises ni de pruneaux

Le même tableau se dessine dans le canton voisin, à Bâle-Campagne. Les producteurs de cerises et de pruneaux ont vu leur récolte entièrement anéantie par le gel. Les pommes ont aussi beaucoup souffert. Les dommages se chiffrent au total à 19 millions de francs.

De nombreuses exploitations risquent de devoir mettre la clé sous la porte. Le Centre d'agriculture Ebenrain (LZE) de Sissach (BL) veut demander au canton d'augmenter ses aides aux exploitations de deux millions de francs. Il est également question de prêts sans intérêts et de chômage partiel.

Suisse romande pas épargnée

En Valais, les vignes et les abricotiers ont été dévastés par le gel. Certains producteurs ont perdu la quasi-totalité de leur récolte et risquent la faillite. Le canton a instauré un groupe de travail pour soutenir et conseiller les agriculteurs touchés.

A court terme, les exploitations en difficulté peuvent bénéficier de crédits sans intérêt, de report de remboursements de crédits d'investissement ou encore de crédits pour la reconstitution du capital plantes.

Vaud et Genève n'ont pas été épargnés par l'épisode de froid. Poiriers et cerisiers sont les espèces les plus touchées. Pour les pommes, qui représentent 85% de la production fruitière lémanique, le secteur de Genève et, dans une moindre mesure, celui de Nyon (VD) sont les plus gravement touchés. Dans cette zone, près de 100 hectares ont subi des dégâts allant de 50 à 100%.

Il n'existe pas d'assurance gel en arboriculture. Et aucune démarche n'existe pour l'instant dans les cantons de Vaud et Genève pour aider les producteurs touchés. Au Tessin, 40% du vignoble a été endommagé.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS