Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Parti évangélique suisse (PEV) dit trois fois "non" à des objets sur lesquels se prononcera le peuple. Il refuse la construction d’un 2e tube au Gothard, l’initiative de mise en oeuvre ainsi que la modification de la loi sur la procréation médicalement assistée.

Devant les délégués réunis en assemblée samedi à Oberburg (BE), la présidente du PEV et conseillère nationale Marianne Streiff n'a pas ménagé les initiants du texte "Pour le renvoi effectif des étrangers criminels (initiative de mise en œuvre)“. La Bernoise les a accusés de contourner le Parlement en voulant inscrire dans la Constitution une loi toute faite.

De plus, l'initiative est superflue, puisque ses revendications ont déjà été appliquées. Sans opposition, les plus de 130 délégués ont suivi les arguments de leur présidente et rejeté l'initiative.

Le PEV vient de lancer le référendum contre la révision de la loi sur la procréation médicalement assistée, qui règle la mise en œuvre du diagnostic préimplantatoire (DPI). Un "non" à cette loi est un "non" à la sélection et à l’élimination de vies soi-disant indignes d’être vécues, a déclaré Marianne Streiff.

Augmentation du trafic

Concernant la construction d'un deuxième tube, la conseillère nationale Maja Ingold (ZH) a lancé une mise en garde contre le doublement de trafic sur l'axe nord-sud. "Une fois que les deux tubes seront construits, les deux voies seront utilisées", estime-t-elle. Vingt-cinq délégués du PEV ont tout de même voté pour le 2e tunnel, 108 ont suivi les arguments de la Zurichoise en recommandant le "non".

Selon le parti, cette triple recommandation de vote reste fidèle à ses thèmes électoraux "Vivre durablement, agir avec justice, garantir la dignité humaine“.

L'assemblée a été suivie d'un événement électoral lors duquel la présidente Marianne Streiff a positionné le PEV en tant qu’alternative crédible au centre politique: "Etre crédible signifie également s’engager pour la justice lorsque cela nous coûte quelque chose". Pour Maja Ingold, les positions du PEV montrent qu'il est conséquent en matière de durabilité écologique, économique et sociale.

ATS