Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des dépenses élevées en R&D ne garantissent toutefois pas une bonne place parmi les entreprises les plus innovantes, selon l'étude de PwC (photo symbolique).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les dépenses mondiales en matière de recherche et développement (R&D) ont atteint un nouveau record en 2017. Les 1000 plus grandes entreprises cotées ont investi 3,2% de plus qu'en 2016, soit environ 702 milliards de dollars (686 milliards de francs) au total.

La Suisse représente 4,3% des investissements au niveau international. Au total, 24 entreprises helvétiques sont présentes dans le top 1000, investissant pour 30,4 milliards de dollars dans la R&D, selon l'étude Global innovation 1000 publiée mardi et menée par Strategy&, l'entité de conseil en stratégie de PwC.

Succédant en tête au groupe automobile allemand Volkswagen, le géant américain du commerce en ligne Amazon devient la première entreprise active dans le secteur high-tech à se classer au sommet en matière de dépenses pour la R&D, avec 16,1 milliards de dollars investis. Alphabet, société-mère de Google, le géant américain des puces informatiques Intel et le géant sud-coréen Samsung suivent.

L'intensité de recherche globale - soit la part de l'ensemble des dépenses en R&D par rapport au chiffre d'affaires total - atteint le plus haut niveau de son histoire, avec 4,5%.

"Un regard sur le top 3 de cette année suffit à expliquer la suprématie des géants américains du numérique sur les thèmes de l'innovation", commente le directeur de Strategy& en Suisse Alex Koster, cité dans le communiqué. "L'Europe doit de toute urgence rattraper son retard dans ce domaine au regard des investissements massifs des entreprises numériques américaines", ajoute-t-il.

Essor attendu des pharmas suisses

Le secteur de la santé se profile cependant pour l'année à venir. En un an, les dépenses en R&D ont crû de 5,9% dans ce secteur. "Cela devrait contribuer au nouvel essor des budgets R&D des entreprises suisses en 2018", selon M. Koster.

Parmi celles-ci, le géant pharmaceutique bâlois Roche se maintient en 2017 au 7e rang mondial, avec 11,4 milliards de dollars dépensés. Son concurrent Novartis se classe 10e (9,6 milliards). Le géant alimentaire vaudois Nestlé se positionne lui au 80e rang. Les deux entreprises rhénanes ont encore augmenté leur intensité en matière de R&D: Roche est passé de 19,9% à 21,9%, Novartis de 19,2% à 19,4%.

Influence des conditions cadres politiques

Des dépenses élevées en R&D ne garantissent toutefois pas une bonne place parmi les entreprises les plus innovantes, note l'étude. Un sondage mené parmi 562 responsables des R&D montre que ces derniers considèrent Alphabet comme l'entreprise ayant le plus grand pouvoir d'innovation, détrônant Apple.

Viennent ensuite Amazon, Tesla, Microsoft, Samsung General Electrics Facebook et IBM. Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba apparaît, lui, au 10e rang.

Le sondage particulier mené auprès des responsables R&D montre par ailleurs que les conditions cadres politiques de quelques pays influencent de manière croissante la planification à moyen et long terme des activités de recherche. La focalisation croissante sur les régulations touchant les entrées sur le territoire et l'immigration remet en question les réseaux internationaux en matière de R&D.

Cette tendance pourrait à moyen terme profiter aux pays libéraux, selon Alex Koster. "Les entreprises doivent davantage miser sur les centres de recherches régionaux avec des talents locaux et accorder une attention particulière à l'efficacité face aux coûts croissants", conclut-il.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS