Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le bloc politique Iraqiya, soutenu par les sunnites et en conflit avec le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, un chiite, a décidé de mettre fin à son boycott du Parlement, selon la porte-parole du bloc. En revanche, les ministres d'Iraqiya maintiennent leur boycott du gouvernement, a précisé un député.

Iraqiya, qui compte 82 députés, boycottait depuis le 17 décembre les travaux du Parlement et du gouvernement en signe de protestation contre les "méthodes autoritaires" attribuées à M. Maliki.

Ce conflit politique menaçait de dégénérer en guerre civile confessionnelle tout en inquiétant les voisins de l'Irak et les Etats-Unis, qui ont achevé le retrait de leurs troupes fin 2011.

Mandat d'arrêt

La crise a été aggravée par l'émission fin décembre d'un mandat d'arrêt pour complot à l'encontre du vice-président irakien (sunnite) Tarek al-Hachémi, actuellement au Kurdistan irakien.

Iraqiya est arrivé en tête aux législatives de mars 2010, mais n'avait pas pu former de gouvernement. Les partis chiites religieux, qui avaient concouru en ordre dispersé aux élections, s'étaient regroupés pour former le principal groupe parlementaire et avaient alors choisi M. Maliki en tant que Premier ministre.

ATS