Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sarajevo - Les députés bosniaques ont renoncé mercredi à débattre d'une proposition de loi interdisant le voile intégral dans les espaces publics. Ils ont pris cette décision après l'irruption d'une femme arborant un niqab, vêtement ne laissant apparaître que les yeux.
Les députés musulmans et croates avaient déjà affirmé en commission parlementaire que la proposition de loi présentée par des Serbes de Bosnie violerait les droits de l'homme et la liberté religieuse et il était dès lors probable qu'ils ne la soutiendraient pas.
Le Parlement était censé discuter du rapport de la commission, mais il ne l'a pas fait, des députés serbes s'étant déclarés menacés par la présence de la femme en niqab qui, ont-ils dit, dissimulait son identité.
La femme a elle dit être une militante des droits de l'homme qui avait organisé cette semaine une manifestation de femmes voilées protestant contre la proposition de loi. Elle est mariée à un Bosniaque d'origine algérienne qui a été détenu au camp américain de Guantanamo avant d'être relâché, fin 2008.
"Je suis surprise, déçue et blessée par le fait que (...) ma présence en séance ait constitué un problème", a dit cette femme, qui a elle été priée de quitter le parlement après l'annulation de la discussion.
Très peu de femmes portent le niqab, et encore moins la burqa en Bosnie, dont la population est composée de Serbes, de Croates et de Musulmans généralement modérés, qui constituent le groupe le plus important.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS