Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les députés du Grand Conseil valaisan pourraient à l'avenir être obligés d'annoncer leur appartenance à une loge maçonnique ou à un club service. Cette nouveauté du projet de règlement n'a pas plu à tous les parlementaires lors de la session de mardi.

Cette obligation d'annonce a retenu l'attention des groupes parlementaires lors du débat d'entrée en matière. L'UDC s'est montrée la plus ferme sur le sujet. "Le citoyen est en droit de savoir si un élu est engagé par un serment d'allégeance à une organisation", a lancé le chef du groupe Charles Clerc.

"Chasse aux sorcières", a rétorqué Bernard Rey (PLR). Il ne s'oppose pas à la transparence, à condition de l'appliquer jusqu'au bout et d'annoncer son appartenance à un groupe religieux comme l'Opus Dei ou la fraternité St-Pie X. Le PLR refusera cet article.

A gauche, Jean-Henri Dumont (PS) a critiqué le fait de cibler explicitement l'une ou l'autre organisation. Le PDC n'a pas combattu ouvertement cet article. Les avis sont plutôt favorables à davantage de transparence, même si un défaut d'annonce ne pourrait pas être sanctionné.

L'élaboration d'un nouveau règlement a été décidée par le bureau du Grand Conseil suite à plusieurs interventions parlementaires. La démarche s'est voulue participative. Les groupes politiques ont été consultés et ont déposé 170 propositions. L'entrée en matière n'a pas été contestée. Le débat de détail sur ce texte est prévu vendredi.

ATS