Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2014, le nombre de détenus en exécution de peine à Champ-Dollon a dépassé celui des personnes en attente de jugement. Ce constat ressort du bilan statistique et d'activité du domaine pénitentiaire, dressé pour la première fois par le canton de Genève.

L'an dernier, Champ-Dollon comptait 57% de détenus en exécution de peine. L'établissement est pourtant destiné à l'origine à la détention préventive. La courbe s'est inversée pour la première fois en 2014, a fait savoir Constantin Franziskakis, le directeur de la prison de Champ-Dollon.

L'établissement souffre depuis de nombreuses années de surpopulation. L'an dernier, la moyenne du nombre de détenus s'est élevée à 847, soit un taux d'occupation de 213%, supérieur à ce que l'on trouve dans certains grands établissements français, a noté M. Franziskakis. Un recul est toutefois enregistré depuis août 2014.

A Genève, 95% des détenus recensés l'an dernier étaient des hommes. Les étrangers résidant à l'étranger formaient 71% de la population carcérale, avec une forte proportion de personnes originaires d'Afrique et des Balkans. Les principaux motifs d'incarcération restent les vols et le trafic de drogue.

Des détenus sont également emprisonnés pour violation de la loi sur les étrangers (LEtr), mais cette infraction est souvent combinée à d'autres délits. Lors d'un "carottage" effectué à Champ-Dollon le 31 juillet, seules 8 personnes étaient détenues uniquement pour une récidive LEtr. Elles n'étaient que 3 dans ce cas, le 20 novembre.

720 renvois

L'an dernier, les autorités genevoises ont procédé à 720 renvois. Sur ce total, 68% ont concerné des personnes ayant des antécédents pénaux. Plus des trois quarts des personnes détenues administrativement, en 2014, avaient des antécédents pénaux hors infractions à la LEtr.

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet a souligné l'importance de cette première tentative de mise en perspective de l'activité pénitentiaire. Il a toutefois regretté qu'au niveau suisse, le fédéralisme empêche le partage efficace d'informations entre les cantons dans ce domaine.

Le secteur pénitentiaire à Genève sort d'une période difficile et aujourd'hui il est encore convalescent, a souligné M.Maudet. Le magistrat, en prononçant cette phrase, pensait probablement au meurtre d'Adeline, la sociothérapeute de la Pâquerette, qui a créé une onde de choc au sein de l'administration pénitentiaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS