Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les dirigeants d'entreprises ont perdu leur optimisme de l'an dernier et se montrent sombres quant à l'évolution de l'économie mondiale. Leur confiance décline, mais pas autant qu'en 2009 et 2010, selon l'enquête annuelle du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC).

Près de la moitié (48%) des 1258 entrepreneurs de 60 pays interrogés s'attend à un déclin de l'économie mondiale ces douze prochains mois. Et seuls 15% escomptent une embellie, selon l'étude "Global CEO Survey" présentée à Davos, à la veille du Forum économique mondial (WEF). Plus d'un quart des 49 Suisses interrogés prévoient de supprimer des emplois cette année et 18% à l'échelle mondiale.

Quelque 40% (35% en Suisse) tablent sur une amélioration de leur chiffre d'affaires cette année. L'an passé, ils étaient encore 48% à anticiper une hausse, mais seulement 31% en 2010.

Crise de la dette

Crise de la dette oblige, les Européens s'affirment les plus inquiets. Une certaine prudence est de mise également dans la région Asie-Pacifique. En Chine, plus que 51% des managers se déclarent "très confiants", contre 72% l'an dernier.

Outre la croissance fragile (86%), les aléas monétaires (80%) et les réponses des gouvernements face aux déficits budgétaires et à l'endettement (73%) préoccupent les dirigeants helvétiques. La volatilité des marchés des capitaux et la crise de l'endettement européen également.

Mieux préparés

Globalement, une majorité entend toutefois étoffer ses effectifs. Et les CEO se déclarent mieux préparés qu'il y a quatre ans pour affronter les turbulences.

Ils ont notamment amélioré leur structure de coûts et leur gestion des risques. Et placent leurs espoirs dans les économies émergentes qui présentent d'immenses opportunités. Education, santé, infrastructures, finance - et la liste est longue - constituent autant de secteurs à developper pour des millions de personnes, soulignent les dirigeants sondés.

ATS