Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les données volées de quelque 32 millions d'utilisateurs du site de rencontres extraconjugales Ashley Madison ont été mises en ligne mardi, a rapporté le magazine spécialisé Wired. Le site avait été victime d'un piratage informatique en juillet dernier.

Les données volées, parmi lesquelles figurent des millions de montants payés, des adresses e-mail, des numéros de téléphone d'utilisateurs de ce site décrit par Wired comme la face cachée du net, le "dark web", sont désormais accessibles. Le site avait subi une attaque informatique et le vol de données de nombre de ses utilisateurs il y a un mois, conduite par un groupe se faisant appeler "The impact team".

Ce groupe menaçait de publier les dossiers des clients, les photos de nus et les conversations si le site n'était pas fermé. Ils ont mis leurs menaces à exécution dans la nuit de mardi à mercredi, selon Wired.

Le site Ashley Madison, dont le slogan est "Life is short. Have an affair" ("La vie est courte. Prenez un amant") et qui compte plus de 37 millions d'utilisateurs, est spécialisé dans les rencontres extraconjugales. Des utilisateurs de 46 pays sont inscrits sur le site, créé en 2001.

"Acte de cyberterrorisme"

Avid Life Media, propriétaire d'Ashley Madison, a expliqué en juillet qu'un "tiers non autorisé" avait accédé aux données par le biais de différents points sur le site. La société avait indiqué avoir immédiatement engagé l'une des meilleures équipes au monde en sécurité informatique pour atténuer l'attaque.

Avid Life Media, basé au Canada, avait ajouté qu'il travaillait main dans la main avec les autorités pour identifier les responsables de cet "acte de cyberterrorisme".

"Nous avons expliqué la fraude, la tromperie, et la stupidité d'Avid Life Media et de ses membres. Maintenant tout le monde peut voir leurs dossiers", a déclaré le groupe de pirates mardi. Avid Life Media, a dénoncé mardi une action illégale contre les membres du site Ashley Madison. Elle avait déjà condamné une première attaque comme une "intrusion criminelle", a précisé Wired.

ATS