Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le préposé fédéral à la protection des données s'interroge sur la fin de la sphère privée. L'exploitation des données de millions d'utilisateurs de Facebook, Google ou Twitter, est une "véritable manne pour les géants de la Toile". Hanspeter Thür exige un durcissement de la loi.
Le législateur doit savoir que toutes les offres Internet ont pour objectif premier de rassembler un maximum de données personnelles, afin de générer des recettes publicitaires, souligne le préposé fédéral dans son rapport d'activités annuel.
Dans l'optique d'une protection de la personnalité bien pensée, "on ne peut arriver à la situation dans laquelle la personne souhaitant protéger sa sphère privée doit se protéger elle-même", estime M.Thür.
Les fournisseurs devraient donc être tenus de choisir la technologie et les fonctions qui garantissent au mieux la sphère privée, d'après lui. Mais les réglementations nationales ne suffiront pas à résoudre le problème. Des mesures à l'échelon international s'imposent.
Les utilisateurs devraient quant à eux être conscients de la valeur des informations personnelles qu'ils communiquent. La responsabilité individuelle implique de lire aussi ce qui est imprimé en tous petits caractères et s'assurer des informations qu'on veut vraiment communiquer, en sachant qu'elles permettent d'établir des profils de la personnalité très détaillés.
Les médias et les écoles sont aussi concernés. L'école a pour mission de donner aux enfants et aux jeunes une base suffisamment solide pour qu'ils prennent conscience de la valeur de la sphère privée. Chaque niveau de la formation doit aborder la réalité des nouveaux moyens de communication et montrer comment s'en servir.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS