Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Les Ecoles polytechniques fédérales (EPF) auront besoin de plus d'argent si elles veulent rester concurrentielles, a averti jeudi le Conseil des EPF. Il demande à la Confédération d'augmenter sa contribution d'au moins 6% chaque année de 2012 à 2016.
"Avec la hausse du nombre d'étudiants, il ne sera plus possible de garantir la même qualité d'enseignement sans moyens supplémentaires", a insisté jeudi Fritz Schiesser, président du Conseil des EPF (CEPF), lors d'une conférence de presse à Berne. "Nous ne voulons pas devoir économiser dans ce domaine", a-t-il dit.
L'Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL) et celle de Zurich (EPFZ) enregistrent chaque année depuis l'an 2000 une progression des effectifs estudiantins de 4,6%. Pour garder le même taux d'encadrement et assurer la qualité de la formation, le CEPF estime que le financement de la Confédération doit croître de 2% chaque année.
"Il nous faut soit plus d'argent, soit les moyens légaux de diminuer le nombre d'étudiants", a conclut Ralph Eichler, président de l'EPFZ. Or, l'économie réclame plus d'ingénieurs, de chimistes et de spécialistes en informatique bien formés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS