Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les employés de banque se mobilisent après que plusieurs établissements ont livré aux États-Unis les données de collaborateurs. L'accord fiscal négocié avec Washington doit accorder une haute priorité à la protection des employés, exige l'ASEB.

Les délégués de l'Association suisse des employés de banque (ASEB) ont adopté une résolution à ce sujet. L'accord négocié avec les États-Unis doit fixer le sort de ces données, qui doivent être détruites. Il doit en outre garantir que les employés de banque qui ont agi conformément aux règlements internes seront libérés de toute procédure judiciaire, réclame l'association.

Les accords fiscaux avec l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Autriche protègent les clients mais également les collaborateurs des banques contre des poursuites pénales ou administratives, relève l'ASEB. Pour l'association, cette "décriminalisation" est un volet particulièrement important pour le personnel bancaire.

Plainte déposée

Plusieurs banques ont transmis aux Etats-Unis les données de milliers de collaborateurs avec l'assentiment du Conseil fédéral. Des employés lâchés par leur banque ont décidé de se mobiliser.

Un ex-cadre de HSBC Private Bank (Suisse) a notamment porté plainte auprès du Ministère public de la Confédération contre son ancien employeur. Il lui reproche d'avoir livré son nom aux autorités américaines.

Lettre de protestation

L'ASEB a envoyé une lettre de protestation aux banques concernées, exigeant une politique d'information claire vis-à-vis de leur personnel. L'association a également mis sur pied une ligne téléphonique d'information pour les collaborateurs.

Il en va autrement pour les personnes qui ont contribué à aider de grosses fortunes américaines à échapper au fisc et ont joué un rôle actif dans ce processus de dissimulation, souligne-t-il dans un document d'information publié dans le mensuel "La Banque Suisse". Il déconseille à ces personnes tout voyage à l'étranger.

ATS