Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les employés de Merck Serono ont adressé mercredi une pétition au conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann pour lui demander son "soutien concret". Le texte a été déposé en fin de matinée au Département fédéral de l'économie muni de 14'857 signatures.

"Nous avons mis seulement un mois pour réunir ces 15'000 signatures. C'est bien la preuve que toute la population genevoise nous soutient", a lancé Astrid Melotti, membre de la délégation du personnel de Merck Serono, devant les quelque 150 personnes en blanc réunies à Berne devant la porte du département.

Saluant le fait que le ministre de l'économie se soit adressé mardi à Genève aux employés en grève de Merck Serono, Alessandro Pelizzari, secrétaire régional du syndicat Unia, a ajouté: "C'est très bien que M. Schneider-Ammann ait fait des promesses hier". Il faut maintenant les traduire en un "soutien concret, un soutien financier" pour sauver les 1500 emplois menacés de disparition.

Création d'un pôle de recherche

Les pétitionnaires demandent à la Confédération de soutenir concrètement les projets lancés pour maintenir les emplois et créer un pôle de recherche en biotechnologies dans l'Arc lémanique après la fermeture du site genevois du groupe pharmaceutique allemand.

Le texte invite aussi le gouvernement à mettre "les outils nécessaires à disposition pour que ces projets, qualifiés de sérieux par le ministre de l'économie, puissent se réaliser dans les meilleurs délais".

La "task force" constituée avec les autorités, qui réunit notamment le conseiller d'Etat genevois Pierre-François Unger, le vice-directeur du Secrétariat d'Etat à l'économie Serge Gaillard et des représentants du personnel de Merck Serono, a tenu sa première séance mardi à Genève. Elle a chargé un groupe de travail d'examiner la viabilité des scénarios proposés.

La direction de Merck Serono, absente de la réunion, a promis une réponse définitive le 19 juin sur son plan de suppression de 500 emplois à Genève et de transfert de 750 autres à Darmstadt, Boston et Pékin, annoncé le 24 avril.

ATS