Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La grève sur le site du constructeur automobile Volkswagen en Slovaquie s'est déroulée dans une atmosphère paisible, les employés ont installé des couvertures, joué aux cartes et se sont rafraîchis avec la fontaine installée à l'extérieur de l'usine.

KEYSTONE/EPA/JAKUB GAVLAK

(sda-ats)

Les milliers d'employés de Volkswagen en Slovaquie, en grève depuis six jours, ont mis fin dimanche à leur mouvement. Ils ont obtenu une augmentation de leurs salaires, ont indiqué les syndicats.

"Nous mettons fin à notre mouvement", a indiqué à la presse un responsable syndical, Zoroslav Smolinsky, à l'issue d'un marathon de négociations avec les dirigeants de l'usine.

La porte-parole du constructeur allemand, Lucia Kovarovic Makayova, a indiqué à l'AFP qu'un accord a été trouvé. L'augmentation des salaires sera de 14,1% en trois versements et sera atteinte d'ici novembre.

Les ouvriers, qui demandaient une hausse de 16%, recevront également une prime unique de 500 euros. Ils ont également obtenu un jour de congé supplémentaire, selon la porte-parole.

Il s'agissait de la première grève depuis 1992, date du début de la production sur ce site du constructeur allemand.

Production interrompue

L'usine slovaque, qui emploie 12'300 personnes, est le premier employeur privé du pays, en banlieue de la capitale Bratislava.

Le salaire moyen chez VW Bratislava s'élève à 1800 euros (un peu moins de 2000 francs) par mois, soit près du double du salaire moyen en Slovaquie.

Selon le syndicaliste, jusqu'à 10'000 des 12'300 employés de l'usine ont fait grève. Au cours de cette grève, la production des voitures de luxe Touareg et Audi Q7 a été interrompue.

Soutien du Premier ministre

Le Premier ministre de gauche Robert Fico a apporté son soutien aux grévistes. "La plus grande productivité et la plus grande qualité est à Bratislava", a souligné M. Fico samedi sur une radio locale.

"Ils produisent les voitures les plus chères de la compagnie, alors pourquoi ces employés devraient gagner un tiers de moins que leurs collègues (allemands) au sein de la même compagnie?", s'est-il interrogé.

Selon le syndicat des travailleurs de l'automobile, le salaire de base en Allemagne au sein des usines Volkswagen est de 2037 euros, alors qu'il est de 679 euros en Slovaquie.

Paisible

La grève s'est déroulée dans une atmosphère paisible, les employés ont installé des couvertures, joué aux cartes et se sont rafraîchis avec la fontaine installée à l'extérieur de l'usine alors que les températures avoisinaient les 30 degrés au cours des derniers jours.

Plus de 1000 voitures quittent chaque jour VW Bratislava, qui a produit l'an dernier 388'697 voitures, dont des Porsche Cayenne, Volkswagen Touareg et Audi Q7.

L'usine a déjà fabriqué plus de cinq millions de véhicules.

La Slovaquie, qui compte 5,4 millions d'habitants, est le plus grand producteur de voitures au monde par habitant. L'an dernier, plus d'un million de voitures y ont été fabriquées par Kia, Peugeot et VW.

ATS