Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les enquêtes des autorités suisses et américaines dans le cas FIFA s'élargissent, annoncent le procureur général de la Confédération Michael Lauber et son homologue américaine Loretta Lynch. Des biens immobiliers ont notamment été saisis "dans les Alpes suisses".

Dans le cadre du volet suisse de l'enquête sur les conditions d'attribution des Mondiaux de football 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar, des perquisitions ont été menées. Des données et des actifs financiers ont été saisis, notamment "de l'immobilier dans les Alpes suisses", a indiqué lundi à Zurich M. Lauber lors d'une conférence de presse commune avec Mme Lynch qui visait à faire le point.

De son côté, la procureure générale et ministre américaine de la Justice a indiqué que la portée de l'enquête américaine pour corruption "n'a pas de limites, nous suivons les preuves là où elles nous mènent". Et d'après les plus récentes, les autorités américaines prévoient d'engager des "poursuites contre d'autres personnes et organisations".

Ni M. Lauber ni Mme Lynch, qui ont chacun loué la coopération judiciaire entre leur pays, n'ont souhaité commenter plus en détail ces informations, "pour des raisons tactiques". Le procureur général suisse a toutefois rappelé que les investissements dans l'immobilier peuvent être utilisés à des fins de blanchiment d'argent.

Pas encore la mi-temps

Jusqu'à présent, 121 comptes bancaires "suspects" en Suisse ont été signalés au Ministère public de la Confédération (MPC) par le Bureau de communication en matière de blanchiment (MROS). "C'est une tâche très chronophage que d'examiner chaque rapport du MROS, afin de déterminer si nous devons ouvrir une enquête et si des fonds doivent être bloqués", a souligné Michael Lauber.

Il est toutefois trop tôt pour articuler un montant précis des actifs financiers saisis. "Nous ne sommes même pas encore à la mi-temps de ces investigations."

Sepp Blatter mentionné

Vendredi soir, le nom de Sepp Blatter a été mentionné directement dans de nouvelles accusations visant l'association de football. Le président de la FIFA, qui n'a pas été encore auditionné par la justice suisse ou américaine, aurait vendu des droits télévisuels bien en dessous de la valeur du marché en 2005, a affirmé la télévision publique alémanique SRF en s'appuyant sur un document.

"Cela fait partie de la masse de documents que nous analysons, de même que la réponse de la FIFA à cette information", a précisé à ce sujet M. Lauber. Les deux procureurs n'ont toutefois pas voulu approfondir sur le cas personnel de Sepp Blatter. "Je n'ai pas de conseils de voyages à donner à M. Blatter", a ironisé la ministre américaine.

Peu d'entraide judiciaire

La taskforce que le MPC a mis sur pied tente d'accélérer la procédure. Mais ce n'est pas évident, a-t-il reconnu, regrettant en substance que "certaines parties impliquées ne coopèrent pas plus substantiellement."

Invité à préciser cette affirmation, M. Lauber s'est contenté d'indiquer que depuis l'ouverture de l'enquête, quasiment aucune juridiction étrangère n'a demandé l'entraide juridique internationale à la Suisse concernant des responsables de la FIFA vivant dans d'autres pays. "On peut spéculer sur les raisons de cet état de fait."

Au total, 14 personnes sont inculpées pour corruption aux Etats-Unis, dont neuf membres ou anciens membres de la FIFA, sud-américains pour la plupart. Le parquet du district Est de New York soupçonne ces fonctionnaires d'avoir accepté des pots-de-vin pour plus de 100 millions de dollars.

Treize ont été arrêtés. Trois sont déjà aux Etats-Unis, dont l'ex-vice-président de la FIFA Jeffrey Webb, qui avait accepté d’être extradé depuis la Suisse vers les Etats-Unis en juillet, où il a plaidé non coupable.

Procédures d'extradition en cours

Les autres font toujours face à une procédure d'extradition, a précisé Mme Lynch. Les six fonctionnaires de la FIFA incarcérés en Suisse depuis fin mai dans le canton de Zurich s'opposent à leur extradition.

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a également rencontré Loretta Lynch. Elle l'a informé de l'état des procédures d'extradition des responsables de la FIFA, toujours en cours. L'entrevue s'est déroulée en marge de la 20e conférence annuelle de l'Association internationale des procureurs.

ATS