Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelque 14% des personnes interrogées ont déjà eu recours à des robots pour se faire conseiller en matière de gestion de fortune (image d'illustration).

KEYSTONE/EPA/FRANCK ROBICHON

(sda-ats)

La gestion de fortune est l'un des domaines les moins numérisés du secteur financier. Seuls 25% des professionnels de cette branche proposent des canaux informatiques allant au-delà du courriel, selon une étude de PwC.

Or 56% des personnes interrogées considèrent comme important que leur gérant de fortune dispose d'une offre numérique. Cette proportion atteint même 65% chez les moins de 45 ans, souligne mercredi Strategy&, le conseil en stratégie de PwC, qui a effectué une recherche sur le sujet.

Plus de deux tiers (69%) des sondés utilisent des services de banques en ligne ou mobile. Et 48% d'entre eux gèrent leur portefeuille sur internet.

Intérêt pour les robots

Les technologies de demain suscitent également la curiosité. La moitié des individus questionnés connaissent le terme de conseiller-robot ("robot-advisor"). Et 14% des personnes interrogées ont déjà eu recours à de tels automates. Quelque 47% des sondés de moins de 45 ans ont, par ailleurs, l'intention de recourir à de tels services à l'avenir.

Comme ces chiffres le démontrent, les gérants de fortune vont devoir s'ouvrir aux stratégies et aux canaux numériques, précise PwC. A l'heure actuelle, seuls 39% des clients sont prêts à recommander leur conseiller en matière d'argent.

Pour parvenir à de telles conclusions, l'institut de conseil a questionné 1000 individus fortunés en Europe, Amérique du Nord et Asie. Il a aussi interviewé 100 conseillers à la clientèle et dirigeants de sociétés actives dans la gestion de fortune ainsi que dans les technologies financières, entre fin 2015 et début 2016.

ATS