Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 1500 Erythréens ont manifesté vendredi sur la place fédérale contre la politique d'asile suisse.

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

La Confédération doit annuler le durcissement de sa politique d'asile envers les Erythréens. Environ 1500 Erythréens ont manifesté vendredi sur la Place fédérale et remis une pétition avec plus de 12'000 signatures à l'attention de Simonetta Sommaruga.

La Suisse doit auditionner les migrants selon des critères respectant sa tradition humanitaire et accorder l'asile à tout requérant d'asile érythréen menacé de mauvais traitements dans son pays. La pétition de "L'Action citoyenne pour une politique d'asile digne de la Suisse" qui regroupe des personnes et associations en contact régulier avec des Erythréens l'exige avec effet immédiat et rétroactif.

La ministre en charge de l'asile doit demander au Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) d'assouplir sa pratique et d'accorder la même protection aux Erythréens que ce qui a été fait jusqu'en 2016. La Confédération a annoncé début avril qu'elle allait réexaminer un tiers des admissions provisoires et envoyé une lettre à 3200 Erythréens concernés par cette mesure qui vise à pousser aux départs.

Chaque cas est examiné individuellement et toutes les personnes qui doivent être protégées le seront, a toutefois promis le SEM. Actuellement, la Suisse ne peut imposer le renvoi d'aucun Erythréen dans son pays d'origine. Le gouvernement érythréen ne montre pas de volonté à accueillir ses ressortissants qui ont fui. Et il n'existe pas d'accord de réadmission.

En août 2017, le Tribunal administratif fédéral avait néanmoins jugé que les déserteurs ne risquaient pas de traitements inhumains. Il en va de même pour les personnes qui se trouvent déjà depuis plusieurs années à l'étranger et qui ont réglé leur situation dans leur Etat d'origine. En février 2017, le même tribunal avait déjà durci les conditions d'octroi de l'asile, estimant que le seul fait d'avoir quitté illégalement leur pays ne suffisait plus.

Selon l'Action citoyenne, le durcissement n'est pas lié à une amélioration de la situation en Erythrée, mais à une pression de plus en plus forte de l'UDC sur le Parlement. Le Conseil fédéral et le SEM doivent continuer à protéger les personnes qui fuient les persécutions d'une des "dictatures les plus brutales de la planète". Les refus d'asile à des Erythréens sont passés de 9,1% en 2016 à 14,6% en 2017, indique l'Action citoyenne.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS