Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des experts nucléaires américains ont clos mardi l'un des chapitres les plus inquiétants de la guerre froide. Ils ont démantelé la plus ancienne, la plus grosse et la plus puissante bombe de l'arsenal nucléaire américain, fabriquée en 1962.

La dernière bombe B-53 avait été construite en 1962, année de la crise des missiles de Cuba. Elle a été démontée à Amarillo, au Texas, dans l'usine Pantex, la seule aux Etats-Unis où des armes nucléaires sont maintenant fabriquées, entretenues et démantelées, a annoncé un porte-parole de la National Nuclear Security Administration.

Grise, pesant 4,5 tonnes et grosse comme un minivan, la bombe avait la capacité de détruire une région métropolitaine entière en libérant neuf mégatonnes en cas de largage à partir d'un bombardier B-52. A titre de comparaison, la bombe atomique qui a détruit Hiroshima dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale avait une puissance de 0,012 mégatonnes.

"C'est important dans la mesure où c'était la dernière de ces armes de plusieurs mégatonnes que les puissances nucléaires fabriquaient au coeur de la Guerre froide", a déclaré Hans Kirstensen, directeur de l'information nucléaire à la Fédération des scientifiques américains.

Endroit plus sûr

"Le monde est un endroit plus sûr avec ce démantèlement", a déclaré Thomas D'Agostino directeur de la National Nuclear Security Administration dans un communiqué de Pantex.

"La B-53 est une arme qui a été développée en un autre temps, pour un autre monde". Son "élimination" marque une étape majeure dans les efforts menés par Barack Obama pour réduire l'importance des armes nucléaires dans la politique des Etats-Unis pour assurer sa sécurité, a-t-il ajouté.

ATS