Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Iran a à nouveau été frappé par des sanctions américaines (archives)

KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH

(sda-ats)

Washington a décidé jeudi de nouvelles sanctions contre l'Iran en bannissant du système financier international cinq groupes industriels iraniens. Les Etats-Unis les accusent de participer au programme de missiles balistiques de Téhéran.

Cinq sociétés industrielles, filiales du groupe Shahid Bakeri Industrial Group, déjà sur la liste noire américaine, ont été désignées, ce qui bloque leurs avoirs aux Etats-Unis et interdit toute relation commerciale et accès au système financier américain. L'information a été confirmée jeudi soir par le Trésor américain.

Les sociétés en question sont accusées de développer et de fabriquer des propulseurs à propergol solide, des systèmes de guidage et de contrôle, en passant par des équipements de soutien au sol.

Il s'agit des sociétés Shahid Kharrazi Industries, Shahid Sanikhani Industires, Shahid Moghaddam Industries, Shahid Eslami Research Center et Shahid Shustari Industries.

Autres sanctions possibles

"Ces sanctions visent des entités clés impliquées dans le programmes de missiles balistiques que l'Iran privilégie au détriment du bien être économique de son peuple", a indiqué le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué.

"Les Etat-Unis vont continuer à contrer les intentions malignes du régime iranien, y compris en ajoutant des sanctions visant les abus des droits de l'Homme", a poursuivi le responsable américain.

Dans le communiqué, M. Mnuchin a ajouté que Washington "n'hésiterait pas à dénoncer l'incurie économique et le détournement de ressources importantes pour financer un système de missiles menaçant au détriment des citoyens".

Réunion d'urgence à l'ONU

Par ailleurs, les Etats-Unis ont sollicité une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'Iran, ont confirmé jeudi des diplomates. La réunion, qui doit être confirmée par la présidence du Conseil de sécurité, une tâche assurée ce mois-ci par le Kazakhstan, devrait se tenir ce vendredi à 20h00 GMT (21h00 en Suisse).

La Russie a critiqué cette demande des Etats-Unis de débattre des manifestations en Iran devant le Conseil de sécurité et pourrait demander, avec d'autres membres du Conseil, un vote de procédure pour tenter de bloquer la réunion, selon des diplomates.

Le règlement du Conseil exige une majorité de neuf des quinze membres avant d'ajouter un sujet à l'ordre du jour. Aucun veto ne peut s'appliquer.

Pas une menace internationale

A Moscou, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a mis en garde les Etats-Unis contre "toute tentative d'ingérence dans les affaires intérieures" de l'Iran. La Russie affirme que les manifestations en Iran ne constituent pas une menace pour la paix et la sécurité internationales et ne sont pas du ressort du Conseil de sécurité.

Au moins 21 personnes ont été tuées et des centaines d'autres arrêtées au cours de manifestations contre la situation économique qui ont tourné à la contestation anti-gouvernementale notamment à Téhéran, où des des bâtiments gouvernementaux et des postes de police ont été attaqués.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS