Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats-Unis ne se préoccupent pas suffisamment de l'utilisation faite des armes et équipements sensibles vendus aux pays du Golfe. De plus, la coordination entre les départements fonctionne mal, dénonce l'instance de contrôle du Congrès américain dans un rapport publié vendredi.

Les tensions dans le monde arabe ont conduit le législateur américain à s'inquiéter du détournement potentiel des équipements américains qui leur sont vendus. L'instance de contrôle s'est notamment penchée sur la répression d'un mouvement de contestation à Bahreïn avec l'aide de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis.

Pas d'efforts

Après enquête, l'instance de contrôle américaine a estimé que le Pentagone n'apporte pas la démonstration de ses efforts pour vérifier l'utilisation des équipements militaires sensibles par les pays acquéreurs ni les procédures mises en place par ces pays pour sécuriser ces matériels. Le département d'Etat est pour sa part épinglé pour son manque de vérification après la livraison à l'utilisateur final.

L'instance de contrôle du Congrès appelle en outre les deux ministères à "harmoniser" la liste des équipements soumis à vérification. Elle a en effet constaté par exemple que la Défense surveille l'utilisation faite de lunettes de vision nocturne de deuxième génération tandis que les Affaires étrangères ne le font pas pour des lunettes de troisième génération.

Clients du Golf

Les pays du Conseil de coopération du Golfe, qui regroupe l'Arabie saoudite, le Qatar, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït et Oman, figurent parmi les principaux clients de l'industrie de défense américaine. Celle-ci a exporté pour 22 milliards de dollars d'armements dans ces pays entre 2005 et 2009.

Lorsque les Etats-Unis exportent ce type d'équipements, l'acquéreur doit s'engager à en être l'utilisateur final et ne peut utiliser ces équipements dans des activités contraires aux droits de l'homme.

ATS