Les forces aériennes suisses sont prêtes pour le World Economic Forum. Les F/A-18 touchés par des fissures sur les charnières des volets d'atterrissage ont tous été contrôlés. Les restrictions de vol ont été levées pour tous les appareils.

Le 9 octobre, des contrôles avaient révélé des fissures sur les charnières. Le commandant des Forces aériennes avait demandé un examen des 30 F/A-18. Les appareils devaient en outre voler à une altitude minimale de 1000 mètres.

Les contrôles, réalisés par RUAG MRO, se sont achevés mardi, a indiqué jeudi le Département fédéral de la défense (DDPS). Des fissures dues à la fatigue du matériau ont été constatées sur près des deux tiers des charnières contrôlées, chaque appareil en disposant de deux, précise le communiqué.

Depuis le 9 octobre, une grande partie des volets d'atterrissage concernés ont été réparés. Des travaux de réparation sont en cours sur les pièces restantes. La date de la fin des travaux n’est pas connue pour le moment, précise le DDPS.

La disponibilité opérationnelle des Forces aériennes dans le cadre du prochain WEF est cependant assurée. Les avions ne sont plus soumis aux restrictions de vol ordonnées en lien avec les fissures.

Pas une première

En février 2018 déjà, les Forces aériennes ont dû clouer au sol cinq F/A-18 jusqu'en mars 2018 en raison de fissures apparues sur les clapets des ailes. A l'époque aussi, toute la flotte avait été soumise à des examens.

En février 2019, une fissure dans un composant structurel de la partie supérieure du fuselage avait été découverte sur un avion F/A-18. Là encore, tous les appareils avaient subi un contrôle. Aucune autre fissure n'avait été découverte.

Police aérienne depuis Payerne

Durant la rencontre internationale, du 21 au 24 janvier, les Forces aériennes renforceront leur service de police aérienne. L’espace aérien au-dessus de Davos sera sécurisé 24h/24.

L’utilisation de l’espace aérien autour de la localité sera limitée dès le lundi 20, à 08h00, jusqu'au samedi 25 janvier, à 17h00, dans un rayon de 46 km pour tous les aéronefs. Cette zone ne pourra être pénétrée qu'avec une autorisation spéciale, ont indiqué les Forces aériennes dans un communiqué séparé.

Les missions seront effectuées depuis la Base aérienne de Payerne. La Base de Meiringen fonctionnera comme premier aérodrome de dégagement et de réserve. L’aérodrome de Sion est utilisé comme deuxième option. Un détachement militaire y sera stationné sous la responsabilité de Payerne.

Pour les régions de Payerne et de Sion, ces engagements pourraient entraîner mouvements aériens tôt le matin jusqu'à tard dans la nuit.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.