Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre des faillites d'entreprises en Suisse a augmenté de 3% l'an passé par rapport à 2010. Au total, les cas d'insolvabilité ont affecté 4379 sociétés, selon la statistique de Dun & Bradstreet (D&B). Les créations de firmes ont elles atteint un niveau record.

En incluant les cas de liquidation sans ouverture de faillite, le nombre des faillites a atteint 6536, en hausse de 6%, a indiqué mardi D&B dans un communiqué. L'analyse des chiffres montre en premier lieu une croissance de 13% des cas où les firmes ont disparu par suite de défauts en matière d'organisation.

Ces situations renvoient à un changement législatif intervenu en 2008, à savoir la procédure de faillite sans ouverture de faillite. En l'absence d'un organe ou en présence d'un organe dont la composition n'est pas conforme, chaque actionnaire, créancier ou le préposé au Registre du Commerce peut demander la liquidation.

Baisse dans l'arc lémanique

Le détail des faillites pour insolvabilité traditionnelle permet de constater que la région lémanique (GE, VD, VS) est la seule à présenter une contraction (-3%). Les trois autres cantons romands sont compris dans l'Espace Mittelland (avec Berne et Soleure), qui lui a connu une progression de 4%. La plus forte hausse du pays, toutes catégories confondues, revient au canton de Zurich (+22%).

Dans le domaine des créations d'entreprises, la Suisse a connu l'an dernier un niveau record. Près de 40'000 entités ont vu le jour ce qui constitue une augmentation de 5% par rapport l'exercice 2010.

Dans cette catégorie, la région lémanique tire à nouveau son épingle du jeu, avec une croissance de 10% à 8722 créations par rapport à 2010. L'Espace Mittelland présente pour sa part un taux de progression de 6% à 6366.

ATS