Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La plaignante, ancienne actrice et modèle, aurait rencontré Roman Polanski quand elle était mannequin à Munich. Elle a fait sa déposition le 26 septembre auprès de la police st-galloise. En Suisse, la procédure permet de faire des déclarations indépendamment de son lieu de résidence (archives).

Keystone/AP/FRANCOIS MORI

(sda-ats)

La justice bernoise n'entre pas en matière sur les nouvelles accusations portées contre le cinéaste franco-polonais Roman Polanski. Elle a décidé mercredi de ne pas ouvrir de procédure suite à sa prétendue agression sexuelle d'une mineure, les faits étant prescrits.

La plainte pénale porte sur des faits qui remontent à 1972. La plaignante, une femme née en Allemagne et aujourd'hui âgée de 61 ans, avait 15 ans à l'époque. Or, souligne le Ministère public régional de l'Oberland bernois dans un communiqué, les actes en question sont prescrits depuis 1987.

Il y a un mois, le parquet bernois a annoncé qu'il examinerait ces nouvelles accusations contre Roman Polanski. Le Ministère public acceptait ainsi la requête de son homologue st-gallois de reprendre le dossier. La dénonciation a été déposée dans le canton de St-Gall, mais les faits présumés auraient eu lieu à Gstaad (BE).

La plaignante, ancienne actrice et modèle, aurait rencontré Roman Polanski quand elle était mannequin à Munich. Elle a fait sa déposition le 26 septembre auprès de la police st-galloise. En Suisse, la procédure permet de faire des déclarations indépendamment de son lieu de résidence.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS