Toute l'actu en bref

Environ 112'000 habitants ont tout perdu et quelque 666'500 autres ont subi des pertes matérielles (ici à Piura).

KEYSTONE/AP/MARTIN MEJIA

(sda-ats)

Les pluies diluviennes qui s'abattent sur le Pérou ravagent même les cimetières. Dans la région de Lambayeque, sur la côte nord du pays, les familles tentent de sauver des eaux les restes de leurs défunts.

Dans le cimetière de San José, complètement inondé, des personnes récupèrent dans les caveaux les restes des dépouilles de leurs proches, ainsi que le montrent des images filmées par l'AFP. L'eau a détérioré de nombreuses tombes, laissant apparaître les corps.

"C'est une épreuve d'y pénétrer pour voir nos morts", a déclaré un habitant à la radio RPP, soulignant le risque d'infection lié aux cadavres, ainsi laissés à l'air libre. A l'antenne, le maire San José, Macario Fiestas, s'est engagé à pomper l'eau afin de limiter tout risque infectieux.

Inondations et coulées de boue

Depuis janvier, le phénomène climatique El Niño provoque un réchauffement de la température de la mer. L'eau de mer s'évapore et donne lieu à de fortes pluies dans les Andes, déclenchant inondations, avalanches et coulées de boue. Ces catastrophes ont déjà causé la mort de 84 personnes. Au cours des dernières heures, cinq nouvelles victimes étaient à déplorer, a indiqué jeudi le gouvernement.

Selon un récent rapport de l'Institut national de la défense civile (Indeci), 20 personnes sont également portées disparues et 209 personnes ont été blessées lors de ces fortes pluies. Environ 112'000 habitants ont tout perdu et quelque 666'500 autres ont subi des pertes matérielles, estime le gouvernement.

ATS

 Toute l'actu en bref