Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Seule une société sud-coréenne devance le groupe bâlois Roche - ici, sa tour à Bâle - pour les femmes liées aux dépôts de brevets internationaux par les entreprises (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La part des femmes mentionnées dans les demandes internationales de brevet au travers de l'Organisation internationale de la propriété intellectuelle (OMPI) n'a jamais été aussi importante. La Suisse est 9e, mais le groupe bâlois Roche est 2e parmi les sociétés.

Au total, au moins une femme est liée à 31% de près de 225'000 demandes publiées par l'OMPI en 2017, selon les chiffres diffusés jeudi à Genève à l'occasion de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle. Mais le directeur général Francis Gurry appelle à atteindre une "parité complète".

Parmi les principaux pays qui recourent au Traité de coopération en matière de brevets (PCT), la Corée du Sud est celui où les femmes sont les plus innovantes avec au moins une femme dans 50% des demandes. Elle devance la Chine, à 48%, et la Belgique, à un peu plus de 35%. La part des demandes suisses dépasse elle 28%.

Par secteurs, les femmes sont particulièrement actives dans la biotechnologie, avec une participation dans 58% des dépôts. L'industrie pharmaceutique suit avec 56%.

Côté entreprises, une société sud-coréenne arrive aussi en première place. Roche figure au deuxième rang avec 69%. Nestec, le centre de recherche lausannois de Nestlé, se place aussi dans les dix premiers avec plus de 54%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS