Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Valérian et la cité des mille planètes" de Luc Besson (au centre), le film le plus cher du cinéma français, cartonne en Chine.

KEYSTONE/EPA EFE/SASHENKA GUTIERREZ

(sda-ats)

Après un mauvais cru 2016, le cinéma français reprend des couleurs à l'étranger. Il a enregistré plus de 40 millions d'entrées sur les huit premiers mois de l'année, tiré par des productions très variées comme "Valérian" ou "Ballerina".

Début septembre, "les films français ont déjà dépassé le seuil de 40 millions d'entrées dans le monde, soit le chiffre réalisé sur la totalité de 2016", a indiqué lundi Unifrance, l'organisme chargé de la promotion du cinéma français à l'étranger, dans un communiqué. La directrice générale d'Unifrance, Isabelle Giordano, a expliqué ce succès par la "diversité" du cinéma français.

"Valérian et la cité des mille planètes" de Luc Besson, le film le plus cher du cinéma français, cartonne en Chine (10,8 millions d'entrées en deux semaines d'exploitation), même s'il n'est pas la locomotive attendue avec une performance décevante aux Etats-Unis.

Succès pour "I am not your negro"

Le film d'animation franco-canadien "Ballerina" a lui séduit le public hispanophone, avec 1,2 million d'entrées en Espagne et plus d'un million au Mexique. Il raconte l'histoire d'une orpheline bretonne montée à Paris et qui se rêve en danseuse étoile. La comédie "Demain tout commence" avec Omar Sy en père célibataire a été vue par plus d'un million de spectateurs en Italie et 900'000 en Allemagne.

Aux Etats-Unis, le documentaire "I am not your negro" du réalisateur haïtien Raoul Peck - coproduit par la Suisse - a engrangé 850'000 entrées. Et le thriller "Elle" du Néerlandais Paul Verhoeven, avec Isabelle Huppert, a réuni près de 35'800 spectateurs à Tokyo en une semaine.

Des locomotives

En 2016, les films français étaient tombés sous les 50 millions de tickets vendus à l'étranger pour la première fois depuis dix ans, faute de locomotives. Mais le cinéma hexagonal espère se rapprocher, voire franchir de nouveau ce seuil d'ici fin 2017.

"On a deux ou trois films qui nous laissent espérer qu'on puisse gagner dix millions de spectateurs", a estimé Mme Giordano, citant "Le sens de la fête" d'Eric Toledano et Olivier Nakache, le duo d'"Intouchables", un des plus gros succès du cinéma français. Cette nouvelle comédie sortira en salles début octobre en France et sera présentée au festival de Toronto en septembre.

"Le marché international est un relais de croissance pour le cinéma français", rappelle Isabelle Giordano. Un succès à l'étranger peut aider un réalisateur à trouver de nouvelles sources de financement.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS