Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les incendies ont atteint jeudi la province voisine de la Saskatchewan (archives).

KEYSTONE/EPA ALBERTA GOVERNMENT/CHRIS SCHWARZ/ALBERTA GOVERNMENT

(sda-ats)

L'incendie qui ravage la province canadienne de l'Alberta est entré dans la province voisine de la Saskatchewan. Mais il devrait éviter ses mines et ses étendues fertiles, ont déclaré vendredi les autorités.

Le changement de direction des vents a également éloigné les flammes des zones habitées et des installations d'exploitation des sables dans l'Alberta.

Les incendies qui y sévissent depuis le début du mois ont parcouru 505'000 hectares, d'après un nouveau bilan établi jeudi par les autorités provinciales, contre 483'000 la veille. Jeudi, les flammes ont débordé sur la province voisine, le Saskatchewan.

Mais selon Chad Morrison, chargé de la protection contre les incendies dans l'Alberta, la baisse des températures et la pluie vont aider les pompiers. "Je peux dire que des pluies ont été signalées ce matin, ce qui a aidé les pompiers dans leur lutte", a-t-il dit.

Si la qualité de l'air s'améliore et si les conditions de sécurité sont réunies, une partie des 90'000 habitants de la ville de Fort McMurray, évacués au début du mois, pourraient être autorisés à regagner leurs maisons à partir du 1er juin.

Reprise de la production pétrolière

Autre signe encourageant, la compagnie Imperial Oil a annoncé jeudi qu'elle avait repris des opérations limitées sur le site de Kearl, qui n'a pas été touché par les incendies. La reprise complète de son exploitation dépendra d'un certain nombre de facteurs, parmi lesquels les conditions de sécurité et la qualité de l'atmosphère, indique la compagnie.

Quelques jours seront nécessaires avant une reprise de la production de pétrole sur les principaux sites autour de Fort McMurray, dans l'ouest du Canada, même si le gigantesque feu de forêts a diminué d'intensité, a indiqué vendredi la cellule qui gère la crise.

Les importants sites de production des groupes canadiens Suncor et Syncrude, au nord de Fort McMurray, "demeurent sous un ordre d'évacuation" depuis le début de la semaine et "je ne vois pas comment cet ordre pourrait être levé tant que la qualité de l'air ne se sera pas stabilisée", a dit Shane Schreiber, un responsable de la cellule de crise de l'Alberta.

ATS