Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Conséquence de la morosité conjoncturelle, les entreprises suisses montrent toujours une activité réduite en matière de fusions et acquisitions au 3e trimestre 2012. Le volume de ces transactions s'est établi à 5,2 milliards de francs, au plus bas depuis le 2e trimestre 2010.

Dans son dernier baromètre sur les fusions et acquisitions en Suisse, la société de conseil et d'audit comptable Ernst & Young a recensé entre juillet et fin septembre 142 transactions, le même nombre que durant le trimestre précédent. Toutefois, ce niveau demeure plutôt bas au regard de la 2e moitié de 2011 et du début de l'année.

Le recul des transactions en valeur reflète principalement le tassement enregistré dans les opérations les plus coûteuses, soit celles dépassant 250 millions de francs. Les fusions et acquisitions se montant à moins de 50 millions ont en revanche représenté pas loin de la moitié du total (48%), soit 15 points de pourcentage de plus que trois mois auparavant.

Quant aux opérations évaluées entre 50 et 250 millions de francs, elles ont également progressé passant d'un trimestre à l'autre de 29 à 34%. Selon les secteurs d'activités, celui du "commerce de détail et des produits de consommation" a réalisé le plus grand nombre de fusions-acquisitions, contribuant à 18% des transactions annoncées.

Focalisation sur la rentabilité

Le secteur "médias, technologies et télécommunications" a réuni 17% de l'ensemble des transactions, alors que la part des "biens et services industriels" s'est inscrite à 12% du total. Selon Ernst & Young, les dirigeants d'entreprises privilégient actuellement l'amélioration des bases fondamentales par rapport à la génération de croissance par le biais de fusions ou acquisitions.

Le cabinet d'audit note toutefois que la vigueur du franc continue de bénéficier aux acheteurs helvétiques et cela malgré les incertitudes dans la zone euro ainsi que des perspectives économiques s'assombrissant en Suisse. De la sorte, Ernst & Young prévoit un nombre limité de transactions d'ici la fin de l'année.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS