Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les médicaments génériques sont deux fois plus chers en Suisse qu'à l'étranger (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les médicaments génériques demeurent deux fois plus chers en Suisse qu'à l'étranger, selon la dernière comparaison des prix réalisée ce printemps par Interpharma et santésuisse. Les médicaments protégés par un brevet sont, eux, neuf pour cent plus chers.

"Rien que sur les génériques, on pourrait économiser plusieurs centaines de millions de francs", a souligné jeudi la directrice de santésuisse, Verena Nold, en présentant cette comparaison devant la presse. Dans ce domaine, la Suisse est seule en tête du comparatif, une situation qui se répète à l'identique par rapport à 2017.

Mme Nold demande un "nouveau système de prix" adapté au prix de ces médicaments à l'étranger. Elle souhaite aussi que soient prescrites des substances et non des marques afin de pouvoir proposer l'offre la moins chère. Elle a notamment pris pour exemple l'atorvastatine, une substance utilisée contre un taux de cholestérol élevée. Le prix de l'emballage original est de 150 francs, tandis que le générique coûte 69 francs pour la même composition.

Promouvoir la concurrence

Si l'économie semble substantielle, le prix de ce générique est pourtant six fois plus élevé que son équivalent en Belgique. Ainsi, son prix de fabrique est de 46,94 francs en Suisse contre 7,82 en Belgique.

C'est pourquoi santésuisse propose une série de mesure pour réduire les coûts des médicaments. La principale organisation de la branche de l'assurance-maladie propose notamment la mise en place d'un système de prix de référence, une autorisation plus rapide des génériques et la suppression des barrières d'entrée sur le marché, pour promouvoir la concurrence entre les substances identiques.

Ces mesures, ainsi qu'une réévaluation annuelle des critères d'admission et des règles d'écart de prix pourraient permettre une économie de 500 millions, soit 60 francs de primes de moins par an par assuré, assure santésuisse.

Pour l'association alémanique de protection des consommateurs (SKS), il est temps de mettre en place un système de prix de référence. "Il n'y a pas d'explication rationnelle pour justifier qu'un Suisse paye le double que dans les pays voisins pour un générique", a dénoncé sa directrice Sara Stalder dans un communiqué.

Pour la faîtière des fabricants de génériques Intergenerika, cette nouvelle comparaison de santésuisse et Interpharma est "fausse et absurde", a déclaré son directeur Axel Müller, contacté par l'ats. Selon lui, le prix des génériques serait constamment ajusté et en baisse depuis des années.

Les génériques sont plus chers en Suisse en raison du processus d'approbation complexe de Swissmedic et des salaires -des grossistes aux pharmaciens- "en principe deux fois plus élevés que dans l'UE", selon lui.

"Vague de contrôle des prix"

Les différences sont moindres pour les médicaments originaux. Ceux tombés dans le domaine public sont 17% plus chers en Suisse et ceux encore sous brevet 9%. La différence de prix pour ces derniers a baissé depuis 2017. Outre les modifications du taux de change, cela s'explique par "la vague de contrôle des prix de l'année passée qui a fait baisser le prix de plus de 400 médicaments", selon Interpharma.

Pour René Buholzer, directeur d'Interpharma, ces contrôles ont "conduit à décréter des économies à hauteur de 190 millions de francs, ce qui représente une baisse douloureuse du chiffre d’affaires pour les entreprises pharmaceutiques." La différence de prix avec les pays de référence a ainsi presque complètement "fondu".

Il souligne par ailleurs que le prix des médicaments sont les seuls à avoir baissé dans le système de santé suisse. Toutefois, les dépenses de médicaments par assuré à augmenté de plus de 30% depuis 2007.

Interpharma et santésuisse ont comparé les prix de fabrique des médicaments en Suisse avec ceux en Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Suède. La comparaison a été réalisée en mai 2018 pour les produits protégés par un brevet et en mars 2018 pour les produits originaux tombés dans le domaine public et les génériques.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS