Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse, Genève et Vaud en tête, représente une sorte d'eldorado aux yeux des braqueurs de la région lyonnaise, selon Me David Metaxas. L'avocat français, spécialiste du banditisme, observe un "transfert" vers la Suisse des braquages avec violences.

Début 1999, Lyon a été frappée par une "vague de braquages", explique lundi l'homme de loi dans une interview publié par "24 Heures" et la "Tribune de Genève". "Depuis, le centre-ville est quadrillé par les forces de l'ordre. Ces gens se sont tournés vers la Suisse, Genève et Vaud en tête".

"Pour eux, votre pays constitue un eldorado. La représentation est sans doute fausse, mais pour ces Français-là, la Suisse est le pays de l'argent facile", note l'avocat. "Ces méfaits sont commis par des jeunes désespérés, âgés de 20 à 30 ans. Ils n'ont rien à perdre et s'exportent vers la Suisse avec la détermination d'hommes sans avenir".

Revenant sur l'affaire du tunnel de Sévaz (FR) où, début 2010, un jeune de la banlieue lyonnaise est décédé sous les balles d'un policier, Me Metaxas estime que "la Suisse a rattrapé son retard en matière de réponses à ces actions": "les polices et les juges des deux pays collaborent étroitement", a-t-il souligné.

ATS